Le groupe informatique Atos a connu pus de 12% de baisse à la clôture du CAC hier. Cette dégringolade avait commencé dès la matinée, à la sortie de ce communiqué hier matin, et ce n’était pas un mauvais poisson d’avril, où la direction financière informe les investisseurs que les comptes de l’entreprises n’ont pas pu être certifiés…

 

Tout est une histoire d’audit, de certification des comptes pour l’exercice 2020 rendus par les commissaires aux comptes, en vue de la prochaine assemblée générale qui est censé les approuver par un vote..

Sauf que cette fois-ci, concernant Atos, les deux commissaires aux comptes – Deloitte et Grant Thornton – ont rendu un avis avec des réserves sur la sincérité et l’exactitude des comptes… C’est une réserve dite pour limitation de travaux, avec comme conséquences des erreurs comptables, qui concernent 2 filiales américaines du groupe informatique, Solutions & Services et Outsourcing Services, représentant 11% du chiffre d’affaires d’Atos.

 

La direction d’Atos dédramatisait, évoquant qu’il n’y aurait pas d’ « anomalie significative » sur les comptes consolidés, et que des travaux nécessaires seraient menés avant l’assemblée générale du 12 mai.

 

Ces réserves émises à la suite des audits, procédures obligatoires, sont assez inhabituelles, surtout pour une entreprise, multinationale de cette taille… C’est ce qui a é beaucoup échaudé les investisseurs, pas forcément habitué à ce genre d’annonce

Atos était déjà fragilisé au sein du CAC40… après la clôture hier, 58 euros l’action et 6,3 milliards de capitalisation, Atos est de loin, le plus petit du CAC40.

Nathalie Bonnefon