En marge de l’affaire de François Fillon les bonnes âmes excellent dans l’art de laver plus blanc que blanc et proposent d’interdire aux conjoints des parlementaires de travailler avec leur femme ou leur mari.

 

Et de citer les règles du parlement européen qui a adopté une telle interdiction au nom de la transparence…il est vrai qu’en matière d’économie et de dépenses excessives il n’a pas de leçons à donner !

 

Mais peut on réfléchir un instant et sortir des interdits permanents !

 

Au nom de quelle raison et principe peut on faire des conjoints des parlementaires des citoyens de seconde zone ?

 

Personnellement je n’ai jamais employé ma femme -les mauvaises langues diraient  » mes femmes « – mais la vie d’un ou d’une parlementaire est tellement prenante que l’on peut parfaitement admettre que le soutien quotidien de son conjoint est un atout fort dans l’âpreté du combat politique et que son emploi se justifie pleinement ! Son emploi réel qui peut prendre de multiples formes !

 

Cette idée d’interdiction provient des puritains nordiques de l’Europe qui ont une conception de la vie publique très rigoriste….. du moins en apparence ce qui ne les empêche pas de quelques excès par ailleurs, mais « la chair est faible et j’ai lu tous les livres », comme me le disait ma grand-mère, et elle savait de quoi était faite la vie……

 

Mais où sont les mouvements féministes dans cette affaire, puisqu’il y a beaucoup de femmes de parlementaires. On ne les entend pas, alors que si cette règle imbécile était adoptée il y aurait une discrimination flagrante !

 

De plus la prétendue règle se tourne très facilement, il suffit d’employer le conjoint d’un collègue. Ira t on alors jusqu’à interdire à tout conjoint de franchir la porte de l’Assemblée ou du Senat ? Ce serait le bouquet !

 

Tout cela n’est que fadaise et montre les excès du tourbillon médiatique qui se substitue à la raison et au plus élémentaire bon sens !

 

ÇA SUFFIT !

J.MYARD

PS : n’oubliez pas de cliquer sur le lien ci dessous et bonne lecture, Bonsoir !