En réponse à la décision américaine de fermer son consulat à Houston après que Washington ait accusé des agents chinois d’avoir tenté de voler des recherches au Texas, la Chine vient d’ordonner aux États-Unis de fermer leur consulat dans la ville de Chengdu, dans le sud-ouest du pays, aggravant encore un peu plus la querelle diplomatique entre les deux pays. 

Etabli en 1985, le consulat américain compte plus de 200 membres du personnel et est considéré comme stratégiquement important en raison de sa proximité avec le Tibet. 

Pékin affirme que cette fermeture est une « réponse légitime et nécessaire » à ce qu’il considère comme une « action déraisonnable » de la part de Washington. 

Les tensions se sont particulièrement accrues après que le discours particulièrement agressif du secrétaire d’État américain Mike Pompeo, dans lequel il qualifie Pékin de menace pour le monde libre : « Nous, les nations du monde qui aiment la liberté, devons inciter la Chine à changer, comme le souhaitait le président Nixon (…) parce que les actions de Pékin menacent notre peuple et notre prospérité. (…) Protéger nos libertés du Parti communiste chinois est la mission de notre temps. »

L’administration Trump s’affronte déjà au sujet du commerce et du coronavirus, mais aussi au sujet d’une nouvelle loi de sécurité controversée à Hong Kong.

Hélène Samson