Retour sur l’île de Lampedusa où les migrants sont toujours présents, malgré l’épidémie de coronavirus. En 2 jours, 16 embarcations venant de Tunisie et 550 migrants ont débarqués à Lampedusa, alors que le centre d’accueil était déjà à saturation, avec 760 migrants pour 95 places officielles. Il faut gérer l’aspect sanitaire. « L’objectif du gouvernement est d’avoir au moins deux navires à sa disposition dans les prochains jours » pour la quarantaine des migrants qui ont débarqué sur l’île, selon un communiqué.

Mais l’objectif reste avant tout de désemplir le centre et les transferts vers les pays d’origine vont reprendre leur cours. 

Ainsi, le 16 juillet a sonné la fin de la trêve. Les vols de rapatriement de l’Italie vers la Tunisie ont repris. Avec quatre charters les 16, 23, 27 et 30 juillet. Au total, environ quatre-vingts migrants tunisiens renvoyés dans leur pays d’origine. Pour en augmenter le nombre de retour et vu le flux migratoire massif de pays nord-africains vers l’Europe, il faudra un nouvel accord avec la Tunisie, pays pour l’instant sans gouvernement en place. L’Italie se veut cependant pressante. La ministre de l’Intérieur, Luciana Lamorgese, s’est rendue dans la capitale tunisienne pour négocier une action plus forte dans le rapatriement des migrants, dont 20% viennent de Tunisie, pays en pleine crise économique et sociale.

Hélène Samson