Crise du coronavirus oblige, des milliers d’entreprises ont mis en place des mesures de chômage partiel. Quelles conséquences et quels coûts?

C’est le dispositif qui consiste à diminuer le temps de travail de ses salariés sans s’en séparer et en leur versant un salaire minimum. L’indemnité horaire d’activité partielle, nom officiel du chômage technique, doit s’élever à 70% de la rémunération brute, soit 84% de leur salaire horaire net habituel.  Le dispositif est donc limité à six mois, renouvelable une fois.

Les démarches administratives prennent une dizaine de jours, mais les employeurs doivent faire l’avance des salaires avant d’être remboursés, dans un délai encore parfois aléatoire, bien que Muriel Pénicaud ait promis un remboursement « dans les 10 jours ».

Le ministère du Travail :Coronavirus : Questions/réponses pour les entreprises et les salariés

 

Le gouvernement a annoncé des mesures radicales pour aider les entreprises : la  prise en charge à 100% du chômage partiel par l’Etat, possibilité de reporter le paiement des charges et impôts pour les entreprises. Plus de 5000 entreprises ont déjà fait leurs demandes pour quelques 80 000 salariés.

Mais depuis la fermeture samedi soir et pour une durée inconnue de tous les commerces non-indispensables et les cafés et restaurants va considérablement augmenter le nombre de travailleurs partiels. Plus de 2 millions de salariés bénéficieraient du chômage partiel depuis ce dimanche.

Sahara Cohen