Les fruits qu’Isabel Fraser a ramenés de Chine s’appelaient Yang Tao. Mais dès la première récolte de ces fruits, les Néo-Zélandais les ont baptisés groseilles de Chine.

Quand les projets d’exportation ont pris forme, le nom de groseille s’est avéré un mauvais choix, car ce type de fruits était soumis à des taxes à l’exportation importantes. L’alternative melonette fut très brièvement mise en avant, mais les melons étaient eux aussi fortement taxés.

C’est en juin 1959 que le nom kiwi fut proposé pour la première fois. Les Néo-Zélandais, eux-mêmes parfois appelés kiwis, souhaitaient donner au fruit le nom de l’oiseau terrestre emblématique de leur pays. En guise de reconnaissance de « leur » kiwi à plumes, mais aussi – et surtout – à cause des étonnantes ressemblances qui rapprochent l’oiseau et le fruit : un corps tout rond et des plumes brun clair. Après un bref sondage et une période d’essai, cette proposition a obtenu l’aval général. Le kiwi était devenu une variété de fruit en plus d’un oiseau terrestre.