Pour les élections régionales à venir, les dimanches 13 et 20 juin prochains, j’ai fait le choix de soutenir sans hésitation et sans équivoque Alain Rousset, actuel Président du Conseil régional  de Nouvelle-Aquitaine et candidat à sa succession.
Sans hésitation parce qu’Alain Rousset incarne les valeurs démocratiques, écologiques et solidaires que je recherche chez un leader politique. Mon parcours d’élu et d’homme de gauche s’est construit au diapason de représentants de sa trempe, je pense notamment à André Lejeune, qui fut le mentor de tant d’élus progressistes. Alain Rousset a fondé sa vision de développeur sur ces valeurs d’humanisme et c’est le sens même que je veux donner à mon parcours politique dans une région dynamique mais qui n’oublie ni ses territoires ni les femmes et les hommes qui les dessinent et y vivent au quotidien.
Je le soutiens par ailleurs sans équivoque parce que je ne vois pas, dans le paysage politique régional, d’élu qui puisse se prévaloir de ses qualités de gestionnaire, d’innovateur et de moteur du développement local, tout en présentant un bilan aussi remarquablement positif que le sien. Je pourrais prendre maints exemples régionaux, sur les aides économiques, sur les restructurations, les transports, les lycées, sur la culture, mais je veux simplement rappeler quelle action féconde a été déployée sur la Creuse depuis 2015. En effet, notre département a été particulièrement soutenu et son éloignement géographique de Bordeaux ne l’a jamais empêché d’être largement accompagné par la Région Nouvelle-Aquitaine dans ses initiatives et son développement.
Ainsi, sur le seul champ des subventions votées en Commission Permanente de l’Assemblée régionale, et hors aides à rayonnement régional de type SNCF ou Université, hors aides au THD et hors dotations de fonctionnement aux lycées, toutes sommes particulièrement conséquentes qui pourraient venir s’ajouter à la somme d’aides « globales », la Région a ainsi attribué en Creuse :
                – 11,2 millions d’euros en 2016
                – 9,6 millions d’euros en 2017
                – 13,7 millions d’euros en 2018
                – et 13,5 millions d’euros en 2019
…soit un total de 48 millions d’euros alors même que l’année 2020, pourtant  terrible pour les raisons sanitaires que l’on sait, a permis de très largement poursuivre ce très conséquent soutien local. Quelle autre collectivité aura-t-elle pu se permettre un tel soutien financier sur notre territoire ?…
S’ajoutent à ces sommes les 42 millions d’euros versés notamment au titre de la compétence tourisme pour le lac de Vassivière (assainissement, hébergements, etc.) et l’enveloppe de plus de 46 millions d’euros destinée au Lycée des Métiers et du Bâtiment de Felletin qui permettra de très importants travaux dans ce fleuron du bâtiment creusois. Je veux également redire, parce que j’étais en charge de dossiers culturels structurants, combien la culture a été soutenue par l’équipe régionale sortante : le développement culturel, cet élément d’attractivité du territoire, d’économie (retombées des événements, nuitées d’hôtel, tourisme et consommation locale, etc.) mais aussi cet extraordinaire bouillonnement de vie et d’initiatives humaines qui nous fait si cruellement défaut en cette période de pandémie terrible…
Voici pour quelles raisons idéologiques et politiques je soutiens sans réserve la candidature d’Alain Rousset. Le redécoupage régional lié à la loi du 16 janvier 2015 a été une extraordinaire opportunité territoriale qui a permis le déblocage de dossiers structurants sur la base d’aides financières, d’ingénierie et d’interventions diverses que jamais les anciennes entités régionales n’auraient pu se permettre de mener à terme. Il a fallu pour cela que des femmes et des hommes visionnaires assument avec rigueur, fermeté et assurance la présidence de Régions d’une taille et d’un budget souvent très conséquents. Alain Rousset est sans aucun doute de ceux-là.
Je vois ainsi dans l’avènement de la Nouvelle-Aquitaine une proximité et un soutien aux territoires ruraux très importants et je suis heureux et fier que l’instance régionale française soit puissante, gage d’une décentralisation par trop mise à mal ces dernières années et d’une volonté des élus locaux de la faire vivre au plus près des territoires qu’ils connaissent, aiment et accompagnent au quotidien. Je suis également fier d’avoir participé à cette aventure au côté d’Alain Rousset et de ses équipes et je lui apporterai donc sans réserve mon concours, a ses cotés, pour la mandature à venir.