Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Présidentielle 2022

123J 01H 42Min 04Sec

Vudailleurs.com

Enfants trans: quand la volonté de changer d’identité bouscule la France

On disait autrefois volontiers de quelqu’un qu’il avait « mauvais genre » pour signifier qu’il avait mauvaise apparence et n’était de ce ne fait guère fréquentable.

Les « transgenres » seraient-ils les « mauvais genres » modernes ? A écouter la façon dont on les traite, on pourrait le penser fortement.

Mais reprenons les choses par le début. Pendant des siècles, les sociétés ont enseigné aux humains qu’il y avait deux sexes, d’un point de vue biologique, le mâle et le femelle, et deux genres, d’un point de vue social, le masculin et le féminin, avec, dans ce cas, des rôles distincts prescrits à chacun. Tout ce qui était différent et n’entrait pas dans l’une de ces catégories était taxé de « contre-nature » – on parlait alors d’« inversion » ou de « perversion », selon la phraséologie stigmatisante de Monsieur Freud -, ou était considéré comme « inadaptation sociale », selon les idéologies politiques réactionnaires.

On disait autrefois volontiers de quelqu’un qu’il avait « mauvais genre » pour signifier qu’il avait mauvaise apparence et n’était de ce ne fait guère fréquentable.

Les « transgenres » seraient-ils les « mauvais genres » modernes ? A écouter la façon dont on les traite, on pourrait le penser fortement.

Mais reprenons les choses par le début. Pendant des siècles, les sociétés ont enseigné aux humains qu’il y avait deux sexes, d’un point de vue biologique, le mâle et le femelle, et deux genres, d’un point de vue social, le masculin et le féminin, avec, dans ce cas, des rôles distincts prescrits à chacun. Tout ce qui était différent et n’entrait pas dans l’une de ces catégories était taxé de « contre-nature » – on parlait alors d’« inversion » ou de « perversion », selon la phraséologie stigmatisante de Monsieur Freud -, ou était considéré comme « inadaptation sociale », selon les idéologies politiques réactionnaires.

Et puis l’on a reconnu ces différences. L’on a reconnu les homosexuels, hommes et femmes ; l’on a reconnu l’égale accessibilité des hommes et des femmes à tous les emplois publics et privés (l’égalité de traitement, quant à elle, on le sait, est encore loin d’être réalisée). Aujourd’hui, certaines personnes réclament une sorte de « ni masculin ni féminin » ou plutôt de « masculin et féminin mêlés ». Ces personnes ne veulent plus – elles n’en ont pas envie – transformer leur corps pour le mettre en adéquation avec leur genre. Finie par exemple pour les personnes se sentant femmes l’opération d’extraction du sexe masculin.

Ces personnes que l’on nomme « transgenres » – on en compterait environ 15 000 en France – veulent dorénavant être reconnues dans leur apparente complexité.

« Transgenres », «non binaires»* et «intersexes»**. Le ministère de l’Éducation nationale, après des mois de tergiversations, s’apprête à clarifier le rôle que doit tenir l’institution face à ces « transitions de genre » que de plus en plus d’élèves manifestent et souhaitent voir reconnues au sein de leur établissement scolaire. Après avoir auditionné les représentants de la communauté éducative, la rue de Grenelle va publier une circulaire intitulée «Pour un meilleur accueil des élèves transgenres en milieu scolaire».

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!