Les États-Unis viennent d’inculper quatre membres de l’armée chinoise pour un piratage d’une agence de notation de crédit, l’agence Equifax. Qualifié comme l’une des plus grandes violations de données de l’histoire, ce piratage a touché près de cent cinquante millions de personnes.

 

Les pirates militaires chinois ont pénétré par effraction les systèmes informatiques de l’agence d’évaluation du crédit Equifax. Ils ont obtenu les noms, dates de naissance et numéros de sécurité sociale de près de 150 millions d’Américains. Environ un million de citoyens britanniques et canadiens ont également vu leurs informations balayées par le piratage opéré il y a trois ans.

 

Equifax, en tant qu’agence de crédit, héberge d’énormes quantités de données sur les consommateurs qu’elle vend aux entreprises cherchant à vérifier leur identité ou à évaluer leur solvabilité.

L’entreprise a du effectuer un règlement de 700 millions de dollars l’année dernière envers les consommateurs concernés car elle n’avait pas réussi à résoudre un problème de sécurité connu pour protéger leurs données informatiques. 

 

Les autorités américaines ont retracé le piratage à travers des dizaines de serveurs dans vingt pays, qui sont remontés jusqu’en Chine, pour désigner les fautifs, qu’elles ont placé en tête de liste des cybercriminels les plus recherchés par le FBI. Ils sont également présentés comme étant soutenus par l’armée chinoise

Ce qui pourrait accentuer la pression dans les affaires entre la Chine et les Etats-Unis. Voici les dernières déclarations d’un haut responsable américain…

« Faire face à cette menace efficacement ne signifie pas que nous ne devons pas faire des affaires avec la Chine… » 

Hélène Laroch