Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

-534J -5H -52Min -41Sec

Image Alt

Vudailleurs.com

Gabon – 26 août 2023 : Elections présidentielle, législatives et locales Par Maya Cottet-Emard

@facebook du PDG

Le 27 juin dernier, le gouvernement gabonais a annoncé la tenue des prochaines élections présidentielle, législatives et locales. Les élections se tiendront donc le 26 août 2023. Le 11 juillet marque la date limite de dépôt des candidatures pour les trois élections. Ali Bongo Ondimba, président sortant, est donné gagnant face à une opposition désunie.

Le Gabon est un Etat situé en Afrique centrale. Il s’agit d’un pays forestier où la faune et la flore sont encore bien conservées et protégées dans treize parcs nationaux, inscrits au patrimoine mondial par l’UNESCO. Une faible population (2.3 millions d’habitants), d’importantes ressources forestières et un pétrole abondant ont permis au Gabon d’être l’un des pays les plus prospères d’Afrique.

Le Président de la République gabonaise est élu au scrutin uninominal majoritaire à un tour. Depuis février 2023, à la suite d’un forum de concertation politique – boudé par les principaux leaders de l’opposition – la durée du mandat présidentiel est réduite de sept à cinq ans.

Ali Bongo Ondimba, élu pour la première fois en 2009 à la mort de son père Omar Bongo Ondimba – qui a dirigé le pays pendant 41 ans – n’a toujours pas annoncé sa candidature. Le Parti Démocratique Gabonais (PDG), au pouvoir, le considère comme un « candidat naturel ». Ali Bongo effectue une tournée intensive dans le pays depuis plusieurs mois, ce qui laisse peu de place au doute.

Une opposition divisée

L’opposition est très dispersée, avec une quinzaine de personnalités ayant déjà annoncé leur intention de se présenter. C’est le cas d’Alexandre Barro-Chambrier (ABC), ancien Ministre d’Omar Bongo Ondimba et d’Ali Bongo Ondimba. Bien qu’il n’ait pas encore officiellement évoqué sa candidature, il serait en pré-campagne pour l’élection de 2023. Il considère qu’il a laissé sa place à Jean Ping en 2016 et que c’est à son tour de représenter l’opposition lors du prochain scrutin. De 1988 à 2016, ABC était membre du PDG, qu’il quitte en 2016 pour créer le Rassemblement pour la Patrie et la Modernité (RPM).

Si les opposants ne surmontent par leurs divisions, l’actuel chef de l’État, au pouvoir depuis 14 ans, partira grand favori pour décrocher un troisième mandat.

En 2016, Ali Bongo avait été réélu de justesse face à son opposant Jean Ping. L’annonce des résultats, contesté par ce dernier, avait déclenché des violences à Libreville qui ont débouché sur la mort de 5 personnes (un policier et quatre civils) selon le gouvernement. Selon l’opposition, une trentaine aurait été tué par balles par les forces de l’ordre.

Jean Pig ne devrait pas se représenter au prochain scrutin.

Cela fait 55 ans que le Gabon est dirigé par la famille Bongo Ondimba et l’opposition dénonce régulièrement un « pouvoir dynastique ».

Les problématiques de santé du chef de l’Etat

En octobre 2018, le chef de l’État a fait un AVC, ce qui l’a éloigné pendant plusieurs mois de la scène politique de son pays. Une partie de l’opposition, continue de mettre en doute sa capacité physique à diriger le pays. Ali Bongo, qui souffre encore de rigidités à un bras et à une jambe, a multiplié ces derniers mois les « tournées républicaines » dans tout le pays.

Il a également participé à divers sommets internationaux ou visites officielles à l’étranger. Les 22 et 23 juin, il était présent au sommet de Paris, qui avait pour thème « Partenariats pour une croissance » et qui a réuni des leaders du monde entier, dans le but d’échanger sur les questions cruciales touchant à l’avenir de la planète.

Un président engagé en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique

Le Gabon est composé à 88 % de forêts tropicales, avec l’un des niveaux de déforestation les plus bas au monde. En décembre 2022, lors du sommet États-Unis/ Afrique, Ali Bongo a réaffirmé son total engagement en matière de préservation de la nature, avec notamment : la création au Gabon d’aires protégées terrestres et maritimes ou encore la lutte constante du gouvernement contre les braconniers et groupes organisés.

Au cours de ses mandats, Ali Bongo a mis en place des politiques ambitieuses pour lutter contre la déforestation, protéger ses forêts tropicales et promouvoir le développement durable.

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!