L’intelligence artificielle s’est beaucoup développée dans la gestion des biens, à l’intérieur comme à l’extérieur de la maison et a révolutionné de nombreux secteurs. Ce sont des bienfaits concrets. Mais elle a aussi été invitée, de manière plus discrète par certains gestionnaires, dans nos portefeuilles et nos comptes en banques.

L’iA permet maintenant d’améliorer les pratiques de gestion de portefeuille, les négociations et la maîtrise des risques en augmentant l’efficacité, la précision et la conformité, nouveau mantra des banques.

 

En particulier, les techniques apportées par les algorithmes intelligents permettent de construire des portefeuilles basés sur des prévisions de risque et de rendement plus précises et des contraintes plus complexes et bien sûr, dépendantes des envies et besoins du client. Pour ce qui est de la négociation, les algorithmes utilisent la technologie pour concevoir de nouvelles méthodes et exécuter des transactions avec des coûts de transaction plus faibles. L’IA améliore également la modélisation et la prévision quand de nouvelles informations sont intégrées à partir de nouvelles sources de données.

 

Enfin, les robo-conseillers doivent une grande partie de leur succès aux techniques d’intelligence artificielle. En plus d’être toujours disponible et de compétence égale.

 

Cependant, l’utilisation de ces nouvelles technologies peut créer de nouveaux risques et défis, comme ceux de l’opacité et de la complexité des modèles, uniquement maîtrisables par une petite frange d’ingénieurs, et de la dépendance à l’intégrité et la sincérité des données. Il y a toujours besoin d’un cerveau humain dans l’affaire.

Sahara lemoine