Ce devrait la fin de la gouvernance en commandite, mise en place par Jean-Luc Lagardère il y a près de 30 ans. Un statut qui permettait de verrouiller l’entreprise, Arnaud Lagardère, le gérant, pouvant poser son veto à toute décision stratégique, malgré ses 7% au capital.

 

La commandite serait remplacée par une gouvernance plus classique, avec des actionnaires représentés au sein d’un conseil d’administration en fonction de leur participation,

En échange de l’abandon du statut d’associé commandité, qui le rend personnellement responsable des dettes de la société, Arnaud Lagardère récupèrerait des actions nouvellement émises, et pourrait doubler sa participation à 14%.

 

Arnaud Lagardère qui est confronté depuis plusieurs mois à la fronde d’un fonds activiste, Amber Capital. Cela fait des mois qu’il critique la gestion d’Arnaud Lagardère, la baisse du chiffre d’affaires, mais Amber malgré 18% du capital, ne faisait pas partie du conseil de surveillance, d’où sa fronde contre le système de commandite.

Fronde qui a porté ses fruits. I devrait maintenant avoir 1 siège au conseil, tout comme Bernard Arnault. Vincent Bolloré et Arnaud Lagardère en auraient chacun 3, et notamment un pour Nicolas Sarkozy, qui a œuvré en coulisses pour la conclusion de ce cessez-le-feu.

Arnaud Lagardère resterait PDG pour au moins 5 ans et l’accord devrait empêcher une cession des actifs, Europe 1 ou Paris Match, que convoitaient les actionnaires Vincent Bolloré ou Bernard Arnault.

Sarah Cohen