NEOLIBERALEOTTAWALes libéraux inciteront aujourd’hui la Chambre des communes à prendre des mesures immédiates pour mettre un terme au gaspillage de l’argent des contribuables canadiens en publicités gouvernementales partisanes.

« Les Canadiens ont raison d’être contrariés par le fait que Stephen Harper ait dépensé, depuis son arrivée au pouvoir, plus de 750 millions de dollars en publicités partisanes coûteuses et inutiles, a déclaré le député libéral David McGuinty. Le plan que propose le Parti libéral mettrait un terme à cette utilisation immorale et irresponsable des fonds publics, et nous espérons que les députés l’appuieront ».

La motion du Parti libéral, inspiré du projet de loi d’initiative parlementaire C-544 de M. McGuinty, demande au gouvernement de soumettre toute sa publicité à un processus d’examen par un tiers, pour approbation, afin de veiller à ce que les fonds publics soient dépensés de façon adéquate, proportionnelle et prudente. Dans le cas où la Chambre rejetterait cette motion, le Parti libéral du Canada s’engage à inscrire cette mesure dans son programme électoral.

« C’est à juste titre que les Canadiens remettent en question les priorités d’un gouvernement qui aime mieux dépenser des millions de dollars de fonds publics plutôt qu’aider la classe moyenne en créant des emplois et en encourageant la croissance économique, a ajouté M. McGuinty. Si ce gouvernement ne met pas fin à ce gaspillage de l’argent que les contribuables canadiens ont gagné à la sueur de leur front, alors un futur gouvernement libéral le fera ».

Contexte :

La motion de la journée de l’opposition du Parti libéral est la suivante :

M. McGuinty — Que la Chambre : a) reconnaisse que (i) depuis 2006, le gouvernement a dépensé près de 750 millions de dollars en publicité, (ii) une vaste partie de cette publicité était partisane et ne visait aucun objectif d’intérêt public, (iii) il s’agit d’un affront aux contribuables qui gagnent durement leur argent et qui s’attendent à ce que le gouvernement gère respectueusement cet argent; par conséquent, que la Chambre b) demande au gouvernement de soumettre toute la publicité à un processus d’examen par un tiers, pour approbation, pour veiller à ce que les fonds publics soient dépensés de façon adéquate, proportionnelle et prudente.