Les prix à la pompe n’ont cessé d’augmenter depuis des mois. Le litre de gazole valait 1.4335 euro en moyenne, la semaine dernière et celui de super sans plomb 1.5857 euro, selon les chiffres du ministère de la Transition écologique. Cela représente une hausse de 12% et près de 16% respectivement depuis le début de l’année.

Le gazole est aujourd’hui un peu moins cher qu’à la mi-novembre 2018 (1.4655 alors), lors du déclenchement du mouvement des gilets jaunes, qui trouve son origine dans une protestation contre les prix des carburants. Mais le SP 95 est actuellement beaucoup plus cher.

Quelles perspectives ?

Aux Etats-Unis, le conseiller américain à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, a récemment lancé un appel aux pays producteurs, qui n’en font, selon lui, « pas assez » pour approvisionner le marché. Une inquiétude que ne semblent pas partager les experts de l’Agence internationale de l’énergie, qui viennent de revoir à la baisse leurs prévisions de demande mondiale de brut pour cette année, sur fond de progression du variant Delta du coronavirus,et notent que la production progresse « rapidement »

« Après la flambée de cet été, les prix des carburants devraient donc se stabiliser, voire reculer très légèrement, d’ici à la fin de cette année » prédit l’économiste.

Sahara Cohen