Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

-536J -18H -52Min -36Sec

Vudailleurs.com

LE SYNDICAT FO RECLAME PLUS DE 37 MILLIONS D’EUROS A BRICORAMA

 

Pour remplir ses caisses, le syndicat FO réclame 37,7 millions € à Jean-Claude Bourrelier, président de Bricorama. L’objet du litige remonte à plus d’un an. A la demande des syndicats FO et CGT, le TGI de Pontoise avait, le 6 janvier 2012, interdit par ordonnance, aux 31 magasins de la région Ile-de-France d’ouvrir le dimanche.

Pour ne pas être obligé de supprimer des emplois, Jean-Claude Bourrelier avait fait appel. Et en vertu du caractère suspensif de l’appel, les magasins étaient restés ouverts ce jour-là.

Mais par un arrêt de la Cour d’appel de Versailles du 31 octobre, l’interdiction a été confirmée. Ledit arrêt est actuellement frappé d’un pourvoi en cassation.

Résultat, Bricorama perd 15% sur son chiffre d’affaire, soit, selon les projections, 25 millions € par an. De plus, les clients prennent leurs habitudes chez les concurrents Leroy Merlin et Castorama (70% du marché) qui continuent d’ouvrir ce jour-là.

Dans sa lettre au Premier ministre, Jean-Claude Bourrelier dénonce cette situation qui « révèle un désordre institutionnel ». « Sur le marché des grandes surfaces de bricolage, Bricorama est la seule enseigne à subir les conséquences de cette interdiction » proteste son président, ce qui constitue une réelle concurrence déloyale.

Depuis octobre, Force Ouvrière menace Bricorama en justice, et demande 37,7 millions € en réparation du préjudice d’avoir travaillé les dimanches entre janvier et octobre.

Au passage, le salaire des dimanches travaillés était multiplié par trois et 94% des salariés avaientt approuvé le dispositif prévoyant le travail dominical.

Cerise sur le gâteau, la direction a « jugé opportun d’accorder des contreparties aux salariés en raison de la perte de rémunération liée à la fermeture le dimanche » et subit donc une augmentation de ses charges.

D’après Pierre Bergerault

Retrouvez la suite de l’article sur http://www.lecri.fr/

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!