Les femmes rondes dans la préhistoire

Il y a trois périodes historiques où les rondeurs féminines étaient particulièrement appréciées : en Grèce antique, à la Renaissance et à l’ère victorienne . Mais bien avant cela, avant même que des documents écrits ne nous en laissent la trace, autrement dit lors de la préhistoire, nous pouvons avoir une idée de comment était perçue la femme idéale grâce aux sculptures retrouvées. On les appelle souvent les Vénus, statues ou idoles de la fécondité où était valorisé ce qui était utile à la reproduction. Aussi, une « bonne et belle femme » de l’époque, selon ce que semblent nous montrer ces Vénus, avait de bonnes grosses fesses, de gros seins et des organes génitaux proéminents. Bien peu en revanche était accordé au reste comme les bras, les jambes… et la tête!

Le monde de la mode et les femmes rondes 

Traditionnellement en Afrique, les rondeurs sont perçues comme un signe d’abondance, de fécondité. C’est signe de bonne santé physique et de réussite. Les  sociétés anciennes voyaient les fortes corpulences de la même façon. Le modèle occidental a changé et les stars asiatiques donnent la tendance. Pourtant, comme l’Afrique, l’Europe  veut retrouver son authenticité. Depuis quelques années, les stylistes  développent la création de vêtements « grande taille ». L’image de la femme ronde est d’autant plus magnifiée que quelques événements en son honneur se multiplient sur partout en Europe. Ainsi, les corps filiformes ont longtemps été la seule représentation dans le monde de la mode, les mannequins rondes ont de plus en plus la côte ces dernières années. Le plus size n’est plus un tabou (même si l’appellation a été remise en question par le mannequin Stefania Ferrario et sa campagne #droptheplus, littéralement « lâcher le plus ») et la diversité s’affirme de plus en plus sur les podiums et dans les magazines. Si le chemin est encore long pour faire complètement évoluer les mentalités, des top models rondes  comme Tara Lynn et Ashley Graham nous offrent aujourd’hui une représentation plus « réaliste » du corps de la femme.

Le monde des marques et les femmes rondes

Du côté des marques aussi, on commence aussi de plus en plus à faire appel à ces tops aux courbes généreuses. Ainsi, en 2014, Calvin Klein s’est offert les services de Myla Dalbesio pour sa campagne de sous-vêtements. Pour son calendrier 2015, Pirelli a travaillé notamment avec la mannequin ronde Candice Huffine tandis que H&M mettait en scène Tess Hollyday (entre autres) pour sa campagne pour le recyclage des vêtements.

Sandrine petitfils