Mathieu AMACHER Broker in Precious Metal – Cambist

Nous ne parlerons ici que d’investissement en Or physique ; par opposition à l’Or papier. Pour le premier, il s’agit d’une matière native dont la quantité est limitée et qui nous a été donnée par la nature ; pour le second, il s’agit d’un produit industriel reproductible à l’infini.
L’Or physique est en une chaîne d’union qui unit tous les hommes quel que soit le lieu où ils sont nés. C’est un étalon de valeur commune qui traverse le temps.
La tendance haussière du cours de l’Or ces dernières années encourage les épargnants à se tourner vers l’achat d’Or physique. Que ce soit en période de croissance ou de récession le prix de l’Or monte.

Il existe plusieurs grands profils d’investisseur en Or :
– le jeune actif qui investit tous les mois dans le métal jaune et qui accumule une épargne de prudence. Cela lui servira pour le financement de progrès long terme ou pour avoir un capital lors de sa retraite.
– l’épargnant qui cherche à sortir son capital du système bancaire classique par peur de la fermeture des banques, de la faiblesse des rendements des livrets d’épargne ou pour se protéger du risque de dévaluation monétaire et de perte du pouvoir d’achat des monnaies.
– Le retraité qui souhaite préparer sa succession dans les meilleures conditions et qui sait que l’Or est le moyen imbattable pour que cela se passe dans les meilleures conditions.
Tous ces profils ont le choix entre différents produits pour effectuer leurs achats. Quel que soit le produit, l’épargnant garde en tête qu’il achète une certaine quantité d’Or dont la valeur varie en fonction du cours international. On classe ces produits sous différentes catégories :
– l’Or Boursable : en règle générale des pièces qui ont été frappées il y a une centaine d’années et qui ont servi comme monnaie. On trouve parmi elles le 20 francs-or Napoléon français, le Souverain anglais ou l’Eagle américain.
– Les lingots : produit contemporain, c’est la façon moderne de frapper de l’Or d’investissement. Il existe une grande variété d’entre eux : du gramme au kilogramme. La diversité des poids disponibles en fait une catégorie qui convient à tout type de bourse.
– Les onces modernes : il s’agit avant tout de produit esthétique qui jouit d’un dessin soigné. Leur pureté est 24 carats. C’est une manière actuelle de frapper des pièces d’Or.
Sur le plan fiscal, les choses sont simples et parfaitement définis par la loi. Il existe deux types de taxe lors de la revente d’Or (il n’existe aucune taxe à l’achat) :
la taxe sur les métaux Précieux (TMP) : elle s’élève à 11,5% du capital. Si la personne qui revend son Or ne peut pas justifier de sa propriété (ce qui est le cas pour des pièces que l’on a pu recevoir lors de fêtes ou d’anniversaire), alors elle devra s’acquitter de cette taxe.
La taxe sur les Plus-values (TPV) : elle résulte de la différence entre le prix d’achat et le prix de vente. Dans le cas où le vendeur ne fait pas de plus valu ; il ne paie pas de taxe. Sinon, il devra régler 36,2% de la plus value. Au bout de deux ans de détention, un abattement de 5% par an se fera ; et il n’y aura plus de TPV au bout de 22 ans.
Toutefois, la fiscalité française n’est pas aussi restrictive que cela. Et grâce au méandre de la législation, l’Or peut être totalement exonéré de taxe pour certaines opérations patrimoniales ou d’investissement.
Ainsi, profitant de la hausse continuelle du prix de l’Or depuis 20 ans, l’épargnant peut profiter d’une hausse de son épargne à moindres frais et s’exonérer totalement de taxe à court terme.