Dans une tribune sur vudailleurs.com, la présidente de l’association « le chemin »  appelle l’Etat à multiplier l’effort dédié à la prise en charge des femmes victimes de violences 

 

«Je crois en l’audace lorsqu’elle permet de réaliser ses rêves. Des rêves qui s’adossent avec aisance à une vision libérale de la société. Et la cause des femmes, en 2020, porte avec élégance et détermination la force de ceux qui croient à la liberté retrouvée d’une bonne moitié de l’Humanité.

Ce combat d’une vie, je l’organise au travers d’une association « Le chemin », fondé avec des proches et le soutien d’un réseau de professionnels aux métiers complémentaires, qui entourent la femme en reconstruction après les jours sombres. Cette démarche est intimement liée à mon nouveau statut d’élue municipale. J’ai tout de suite ressenti, après l’élection, une nouvelle force à disposition de celles qui souffrent, luttent, et s’obstinent à rêver d’un monde plus égal.

Mon analyse, confortée par des années d’engagements associatifs et de suivi de cas concrets, est fondée sur un constat clair : pour les femmes, c’est souvent la lourde solitude dans l’adversité.

Je tire ma crédibilité d’actions concrètes : exfiltrations du domicile avec ou sans l’aide de la police, accompagnement au commissariat par la présence rassurante durant l’audition pour aider le policier à recevoir son récit.

Elles sont « nos combattantes », auxquelles nous offrons l’épaule solide. Une épaule parfois constituée par d’anciennes victimes, désormais dans les rangs de l’association pour à leur tour soutenir de nouvelles candidates à la liberté.

Nous évoluerons logiquement, dans les mois à venir, vers un projet d’hébergement d’urgence. Pour faciliter la constitution des dossiers, les démarches de réinsertion par le travail ou la formation professionnelle. Il permet de reprendre confiance en soi, d’accroître l’estime qu’on doit avoir de soi, de générer de l’indépendance salutaire pour celles qui partent souvent en laissant presque tout derrière elles…

Notre association fourmille d’idées neuves, efficaces, audacieuses, qui correspondent aux attentes des femmes blessées. Nos premières prises en charge, réalisées à très faible coût, nous confortent dans l’idée que notre réseau est disponible pour bien faire, dans la bienveillance. C’est ainsi qu’ensemble nous réussirons à changer la vie, pour qu’elles reprennent le cours de la leur…

associationlechemin78@gmail.com

Marine Bernard, présidente de l’association le chemin