Mais où est Jean-Pierre Elkabbach? Depuis le jeudi 24 octobre, le journaliste vedette de 82 ans n’est plus apparu à l’antenne de CNews, Chaque matin, le journaliste assure l’interview politique de CNews. Un exercice qu’il connaît sur le bout des doigts puisqu’il l’a assuré pendant plus de quinze ans sur Europe 1 lorsqu’il était un ponte du groupe Lagardère. À la rentrée, cette figure historique des médias français va se voir confier un nouveau rendez-vous, une nouvelle émission politique hebdomadaire chaque dimanche, de 19h à 20h, sur Cnews : « Sans détours ».

Dans l’attente de son retour, l‘interview matinale est ainsi assurée par Gérard Leclerc, tandis que l’émission politique dominicale a été déprogrammée.

Surmenage ? Surcharge de travail ? « C’est un boulimique, confirme Marc Tronchot, entré à Europe 1 il y a vingt-quatre ans. Avec lui, il n’y a ni vacances ni soirées qui tiennent. Il faut constamment le tenir informé, en laissant des messages sur son portable, un objet sans lequel il ne pourrait vivre aujourd’hui ! ». L’entourage de l’intervieweur s’est montré plus bavard, dans un article publié par Le Parisien jeudi 7 novembre : « Il va bien et se repose chez lui depuis huit jours. Il se remet d’une petite intervention chirurgicale à la suite d’une colique néphrétique. Je ne sais pas quand il reprendra mais, à ma connaissance, rien ne s’y oppose » a expliqué l’un de ses proches au Parisien. Jean-Pierre Elkabbach a assuré de son côté qu’il « reviendrait« . 

Plus grave, la fausse nouvelle du décès de l’ancien patron de France Télévisions, annoncée dimanche après-midi sur Twitter a provoqué un emballement médiatique sans précédent.

Le réseau Twitter colporte toutes sortes d’informations, les vraies comme les fausses. Les plus anodines comme les plus terribles. Ainsi nombre de personnalités ont déjà été l’objet de fausses rumeurs de mort se propageant sur Internet comme une traînée de poudre. Dimanche, ce fut au tour de Jean-Pierre Elkabbach, journaliste français, d’être enterré par un tweet funèbre.

Tout est parti du message : « Jean-Pierre Elkabbach vient de nous quitter. RIP. », publié sur le site de microblogging dimanche 2 février vers 14h15. La rumeur enflamme immédiatement la Toile. Nouveau tweet une heure plus tard : « Décès de Jean-Pierre Elkabbach, les proches du journaliste confirment ». Pour amplifier l’effet d’annonce, ce dernier tweet est accompagné d’un lien vers le site Nécropédia (qui précise pourtant que Jean-Pierre Elkabbach n’est pas mort).La fausse information est ensuite reprise par quelques radios puis par des médias du monde entier. Ce n’est que tard dans la soirée de dimanche que le porte-parole du journaliste se serait fendu d’un communiqué laconique qui « dément formellement le décès de Jean-Pierre Elkabbach ».

Pas de panique, Jean-Pierre Elkabbach est toujours vivant et bien portant.

Sandrine.H