L’ordinateur quantique, celui qui dépasserait en capacité tous les plus puissants supercalculateurs actuels, est en préparation mais l’imaginer sur nos bureaux est encore un rêve. Cela dit, l’Europe peut se féliciter d’avancer en matière de high-tech et d’y mettre des moyens importants et inédits. Par exemple, la France vient d’annoncer qu’elle comptait investir près de 2 milliards d’euros en 5 ans dans les nouvelles technologies quantiques. Berlin et Bruxelles ne sont pas en reste. Au total, l’Europe va financer au moins 4,5 milliards d’euros de projets d’ici à 2027, dans les technologies quantiques avec une volonté de retrouver une souveraineté en matière de conquête spatiale et de secrets militaires.

Il y a à la fois des grandes entreprises, Google, Microsoft, IBM, Atos, Airbus…et des startups moins connues, Pasqal, Infiniqant qui travaillent à ce développement. Ces ordinateurs quantiques sont attendus parce qu’ils doivent donner permettre une puissance de calcul un milliard de fois plus rapide que les meilleurs ordinateurs d’aujourd’hui. Et s’ils ne sortiront jamais des laboratoires de recherche, ils pourraient néanmoins d’être d’un fort apport pour la science. Ne manquent plus que les cas d’usage.

Sahara Cohen