Cet élu socialiste, conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine et conseiller général de Gironde, organise ce jeudi à 15h un Webinaire sur le thème « Transition énergétique, agroécologie… Des paroles aux actes » avec plusieurs personnalités de gauche : Jean-Christophe Cambadélis, Jean-Marie Cambacérès, Stéphane Le Foll… Un débat, retransmis sur Vudailleurs.com

 

« Vudailleurs.com » : Pourquoi avez-vous choisi de rassembler des personnalités de gauche sur cette question de la transition écologique ?

 

Philippe Dorthe : La transition écologique, c’est le grand défi du XXIe siècle. Chacun est conscient aujourd’hui qu’elle doit s’opérer. Ce doit être le socle du modèle économique de demain, du monde post-Covid-19. La puissance publique y consacre des moyens importants, mais seul un plan Marshall avec des milliards d’euros permettra de faire face à défi.

Mais, pour réussir cette transition, il faut lutter contre la pauvreté qui se développe actuellement. Afin que l’écologie ne soit pas considérée comme l’apanage de ceux qui sont protégés et ont les moyens. Le problème est qu’Emmanuel Macron a abaissé les seuils de plusieurs minima sociaux et des APL ces dernières années. Résultat, aujourd’hui, des millions de gens travaillent et gagnent le Smic seulement. Avant la fin du mois, leur frigo est vide. C’est sur cet enjeu de transition écologique et sociale que la gauche a intérêt à se rassembler.

 

Mais, comment fédérer la gauche, qui est aujourd’hui très éclatée ?

 

Il faut s’unir derrière un programme commun et oublier, dans un premier temps, la problématique du choix d’un chef de file. En réalité, c’est toute l’organisation politique actuelle qui ne convainc plus les citoyens. La gauche s’est balkanisée, la droite républicaine s’est effondrée, tandis que le parti présidentiel n’est pas parvenu à s’inscrire dans le paysage politique de notre société. Pour se reconstruire, la gauche a besoin de « l’extérieur » et de s’appuyer sur des initiatives dans les territoires, des clubs, comme le club D12 de Jean-Marie Cambacérès, à l’origine également de ce débat qui devait se tenir à Bordeaux. Le confinement nous a contraint à le transformer en visio. Mais, le public pourra y participer et poser des questions.

 

Quelles sont les clés pour réussir cette transition écologique ?

 

Il ne faut pas trop presser les choses. Cette transition prendra du temps. Si nous voulons aller trop vite, cela entraînera de la décroissance. Ce que la gauche progressiste ne souhaite pas. L’objectif est que chaque emploi carboné supprimé soit remplacé par un de plus dans la nouvelle économie. Une nouvelle économie, portée par les nouvelles technologies, l’hydrogène… Cette transition ne se fera globalement que si elle vient du local. Stéphane Le Foll, le maire du Mans, par exemple, a déjà passé ses transports en commun à l’hydrogène. Autant d’exemples à suivre, qui nous permettent d’opérer progressivement cette transition écologique.