Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

-352J -15H -31Min -28Sec

Image Alt

Vudailleurs.com

Pourquoi la Chine souhaite le règlement du conflit en Ukraine ?Par Alexandre Lemoine

L’activité de Pékin observée ces dernières semaines visant à mettre fin au conflit russo-ukrainien s’explique par le durcissement des sanctions américaines contre la Chine ainsi que la probabilité de leur extension aux pays coopérant avec Pékin. 

Lors de la récente Conférence de Munich sur la sécurité, Wang Yi, le chef de la chancellerie de la commission du Comité central du Parti communiste chinois, a laissé entendre que Pékin subissait la pression de la politique de sanctions occidentales contre la Russie engendrant des « problèmes interminables dans l’économie mondiale ». 

La poursuite de la pression des sanctions sur la Chine est attestée par la campagne d’information menée par les médias occidentaux sur de prétendues livraisons d’armes chinoises prévues ou effectives en Russie. Le secrétaire d’État Anthony Blinken et l’ambassadrice américaine à l’ONU Linda Thomas-Greenfield, donnent le ton dans cette campagne en parlant de l’inadmissibilité de toute action de la Chine visant à fournir des armes à la Russie, ce qui sera considéré par Washington comme une « ligne rouge ». 

Selon les informations de l’administration Biden, le contractant de défense chinois Poly Technologies a expédié avant la mi-2022 une certaine quantité de cargaisons, y compris des pièces pour hélicoptères et de l’équipement radio de type air-sol, à l’une des entreprises russes soumises à des sanctions. 

Les autorités de Pékin ne voient aucune raison de justifier leur coopération militaro-technique ordinaire, mais le fait en soi de cette campagne est important en prévision de nouvelles initiatives des États-Unis contre la Chine. Depuis le début de l’année 2023, ces initiatives se sont étendues à Macao (ancienne colonie portugaise) et partiellement à Hong Kong (ancienne colonie britannique), passées sous le contrôle de la Chine en 2001 et 1997 respectivement. Ces deux territoires autonomes de Chine possèdent un statut douanier et économique particulier – ce sont des centres importants pour la réexportation et les activités offshores, en plus d’avoir leur propre monnaie. 

En créant des perturbations artificielles dans les activités commerciales et économiques de Hong Kong et de Macao, y compris le déplacement de marchandises sous sanctions vers et depuis la Chine, les paiements financiers de transit dans ces régions et la réexportation d’investissements chinois, les États-Unis cherchent à désorganiser les liens commerciaux et économiques de leur principal concurrent (adversaire géopolitique). Selon certaines informations, les États-Unis et le Canada prévoient d’annoncer des sanctions ou des restrictions commerciales contre les pays importateurs de produits de haute technologie en provenance de Chine. Il est facile de voir que ces mesures pourraient s’étendre également à l’Union européenne. 

En 2022, malgré les déclarations « anti-Pékin » de Washington, les volumes commerciaux entre les États-Unis et la Chine ont atteint un niveau record de 691 milliards de dollars. Au moins 60% des échanges de marchandises représentent les exportations chinoises. Selon de nombreuses prévisions, la croissance du commerce entre la Chine et les États-Unis ne devrait pas baisser de plus de 5% cette année (et en cas d’assouplissement des sanctions contre la Chine, la croissance pourrait dépasser 7%). 

En ce qui concerne le commerce entre la Chine et l’Union européenne, il a également atteint un record en 2022, avec près de 800 milliards de dollars et une prédominance des exportations chinoises (environ 65%). « Ce chiffre montre des relations stables entre les deux puissances économiques », a déclaré Cui Hongjian, directeur du département d’études européennes de l’Institut chinois d’études internationales auprès du Conseil d’État chinois. « Le volume du commerce bilatéral est trop important pour être modifié indépendamment de savoir s’il est stimulé par la Chine ou l’UE. » 

Dans ce contexte, le niveau du commerce entre la Chine et la Russie semble plus modeste: en 2022, il a considérablement augmenté pour atteindre 190 milliards de dollars. Certes, les exportations russes dépassent 60%, mais plus de 60% de cette part concerne les matières premières (pétrole, gaz, charbon, bois). Selon la plupart des prévisions, la croissance du commerce sino-russe en 2023 pourrait atteindre jusqu’à 15%, à condition que la Chine ne craigne pas les sanctions secondaires de l’Occident. Cependant, dans tous les cas, ces volumes ne sont pas comparables au commerce de la Chine avec les États-Unis et l’Union européenne. 

Cependant, la situation pourrait commencer à changer radicalement, c’est pourquoi Pékin souhaite régler la crise ukrainienne ou afficher ses efforts dans ce sens. Et l’initiative intitulée « Position de la Chine sur le règlement politique de la crise ukrainienne » s’adresse non seulement à Moscou et à Kiev, mais aussi à l’Occident, y compris le Japon, qui occupe la troisième place dans le commerce extérieur de la Chine. 

Pour éviter une intensification de la pression des sanctions, Pékin cherche à anticiper. « Plus le monde devient instable, plus il est important pour la Chine et la Russie de développer leurs relations », a souligné le ministre chinois des Affaires étrangères, Qin Gang, en posant la question suivante: « Pourquoi les États-Unis demandent-ils à la Chine de ne pas fournir d’armes à la Russie, tandis qu’ils continuent de vendre des armes à Taïwan? » Les relations entre la Chine et la Russie ne sont pas basées sur une alliance ou une confrontation et ne visent personne, elles ne représentent une menace pour aucun pays, a ajouté le chef de la diplomatie chinoise. 

Dans tous les cas, des liens plus étroits avec la Russie conduiront à une plus grande stabilité de la Chine face à l’agression hybride de l’Occident.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!