Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

-131J -16H -58Min -56Sec

Image Alt

Vudailleurs.com

Pourquoi le coming-out de Corinne Versini est lourd de sens?

Aujourd’hui, j’ai décidé, après de longs mois de réflexion, de faire fi des préjugés, de n’écouter que mon cœur.

Peut-être serai-je incomprise, peut-être que ma démarche vous choquera. Peu importe, je suis heureuse, et personne n’a à en juger. Des millions d’individus aiment ainsi, et se portent très bien, sont heureux, ne dérangent pas et ne font pas de vague. Sont discrets et ne demandent pas plus de droits que d’autres.

J’ai donc décidé de faire mon coming out. Oui je suis hétérosexuelle. Et alors ? Oui j’aime les hommes, et je les ai toujours aimés.

Cette « révélation » vous fera sans doute sourire, mais voilà comment aujourd’hui, dans la majorité des cas, un homosexuel est obligé de justifier ses attirances sexuelles. Parce que l’hétéro, lui, fait partie de la « norme », telle que la société l’a définie, il n’a pas besoin de tout ça pour s’affirmer.

Et dernièrement, c’est un membre de notre gouvernement qui nous expliquait en 2013 que l’exigence du mariage homosexuel et l’adoption des enfants qui va avec n’était pas simplement un dessein qui va contre la nature. Et que cette « affaire » était plus grave, parce que l’on ne débattait pas sur la question des limites tout ce que je veux, et tout de suite, et qu’elles qu’en soient plus tard les conséquences.

Alors non, Madame Cayeux, « ces gens-là » comme vous les appelez ne sont pas de simples enfants capricieux et gâtés pourris. Ce sont des gens qui ont simplement demandé les mêmes droits fondamentaux que le reste de la société : s’aimer paisiblement, se marier et fonder une famille.

 Et puis je me réserve le droit de changer d’avis, car Madame Clayeux, quand j’aime quelqu’un, je me moque de la couleur de sa peau de sa religion, de son âge ou de son sexe, car l’amour ce sont deux âmes qui se reconnaissent, le reste n’est que littérature…

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!