Ça changera de la ligne 13 du métro. Bientôt, les taxis volants se feront une place dans le ciel de la capitale, et la nouveauté devrait être disponible pour les Jeux Olympiques de 2024. 

 

C’est un projet que mènent la RATP, ADP et Choose Paris, organisme chargé de l’attractivité de la capitale, mais qui emmènent comme partenaires des noms comme Air France pour les gestions des opérations, Airbus, Safran, Thalès ou Dassault pour les Français travaillant à la conception de l’engin ou encore Rolls-Royce et Volocopter pour les quelques grands noms internationaux. Une trentaine d’acteurs et des habitués de l’aéronautique, tous réunis pour faire voler dans le ciel des engins du futur. Les tests se feront dès cet été, au nord de la capitale. 

 

Pas de bouchon, mais un coût de trajet conséquent pour ces VTC de luxe. Les clients devront alors se rendre dans un vertiport pour prendre l’hélicoptère.

Les premières lignes feront exclusivement la liaison entre les aéroports et la Défense ou le centre de Paris qui se fera en un peu moins de 15 minutes, avec un objectif de 4 à 6 places, même si les premiers engins ne devraient embarquer que deux passagers. L’objectif étant que la plupart des appareils développés soient vite autonomes pour pouvoir embarquer le maximum de passagers et rentabiliser au maximum. Electriques ou à hydrogène, ces hélicoptères devront respecter le cahier des charges d’être respectueux de l’environnement si leurs utilisateurs ne veulent pas finir en vélo ou à trottinette.

Sahara Cohen