Michel Barnier ou Valérie Pécresse ? C’est le match de la rentrée, à droite.  La présidente de la région Ile-de-France veut se rendre incontournable dans la course présidentielle. Le point sur ses chances d’y parvenir

La fenêtre est très étroite pour la droite

Celui ou celle qui émergera à droite devra se glisser dans un trou de souris, ni Emmanuel Macron, ni Marine Le Pen ne décrochant pour le moment dans les sondages. Une équation qui n’est pas nouvelle pour Les Républicains. « Le parti doit, en effet, faire face à la concurrence féroce du Rassemblement national qui joue, depuis 1981, la prime à la radicalité sur les sujets de sécurité et d’immigration.  Il doit également affronter la République en Marche, qui semble pencher de plus, en plus vers le centre droit au fur à mesure du quinquennat d’Emmanuel Macron et ce, malgré la présence des nombreux anciens socialises dans son groupe parlementaire.

Michel Barnier, un candidat sérieux mais cela ne suffit, en tout cas, pour le moment.

L’ex-négociateur du Brexit, Michel Barnier, avance ses pions. Pour donner plus de visibilité à sa démarche, il vient de lancer un site internet à son nom.

 

Valérie Pécresse a des atouts dans son jeu

 

Ancienne ministre, présidente de la région Ile-de-France, le cv de Valérie Pécresse n’a rien à envier à celui de Michel Barnier. Et ses qualités son reconnues au sein de sa famille politique. « C’est une femme à poigne » selon ses collaborateurs. Mais elle a encore du chemin pour s’imposer, car elle pourrait être pénalisée par son image « banlieue Ouest » il lui faudrait aussi à se différencier d’Emmanuel Macron pour apparaître comme une véritable alternative et non comme « une candidate de substitution », disent certains experts. C’est pour cette raison qu’elle a coupé court aux spéculations faisant d’elle une potentielle Première ministre d’un Macron réélu. « Pour moi, c’est non. Parce que son projet n’est pas le mien. Parce que le « en même temps » ne marche pas », déclarait-elle au Point, en mai dernier.

Hélène Samson