Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

-88J -4H -12Min -44Sec

Vudailleurs.com

Supermarchés : pourquoi les rayons sont-ils encore vides ?

Partout en France, il manque certains produits de base : de l’huile, de la moutarde, du poulet. Pour cause, la guerre en Ukraine, mais aussi la sécheresse dans plusieurs pays et l’épidémie de grippe aviaire, trois fléaux qui touchent directement notre panier de courses. À Templeuve-en-Pévèle, une petite ville des Hauts-de-France, garder des rayons des supermarchés bien remplis est devenu un véritable défi. Thomas Pocher, le patron du centre Leclerc de la ville, a remarqué que ce n’est pas seulement dû aux difficultés que rencontrent les producteurs, mais aussi aux comportements des consommateurs. 

Négociations tendues sur les prix

Plus généralement, tous les produits à base de céréales, comme les pâtes ou la farine, pourraient aussi manquer dans certains supermarchés. En cause ? « Des tensions sur les cours des matières premières », explique à TF1, dans la vidéo du 20H, le spécialiste de la grande distribution Olivier Dauvers « Ces cours se sont envolés en quelques semaines et ponctuellement, il peut y avoir des difficultés à s’approvisionner. »  

Dans les rayons des supermarchés, d’autres produits, comme les pots de confitures ou pâtes à tartiner de certaines marques, manquent déjà, mais pour de toutes autres raisons que celles évoquées jusque-là : industriel et distributeur n’arrivent pas à se mettre d’accord sur un prix. 

Risque de sécheresse : le Gouvernement permet aux agences de l’eau d’engager un budget supplémentaire exceptionnel de 100 M€ et nomme un délégué interministériel

Publiés mi-mars, les premiers résultats des dernières enquêtes menées par l’Institut national de la statistique anticipaient déjà qu’au sein de l’alimentaire, les prix pourraient augmenter au cours du mois de 2,1% sur un an, comme en février. À l’instar du pain et de la farine, la hausse des prix des produits alimentaires hors frais, moins volatils et plus sensibles à l’augmentation des prix de production que les produits frais, devrait ainsi continuer d’accélérer.  Mais « l’inflation que vont vivre les Français dans les deux mois qui viennent est la cause d’évènements passés », a estimé le patron des centres Leclerc, qui redoute que « la crise ukrainienne ajoute une couche cet été si elle perdure et si le blé n’a toujours pas été semé ».

Les produits alimentaires ne sont toutefois pas les seuls concernés par l’inflation et le risque de surstockage des consommateurs qui en découle. Le prix du papier toilette va lui aussi « augmenter considérablement » d’ici l’été, a déjà prévenu Michel-Édouard Leclerc. Ce sera d’ailleurs aussi le cas pour les prix des mouchoirs en papier ou de l’essuie-tout, la hausse pouvant même atteindre les 30%, selon nos informations. En cause : le prix de la pâte à papier qui a presque doublé en un an et le prix du gaz utilisé pour faire fonctionner les machines qui vont sécher le papier toilette

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!