Le président des États-Unis, selon Bloomberg, voudrait interdire le nouveau réseau social tendance aux États-Unis. 800 millions de personnes dans le monde s’amusent à créer et envoyer de mini-vidéos personnalisées sur le réseau Tiktok. C’est le nouveau Whatsapp ou Instagram, à la différence près que la société qui détient Tiktok est chinoise.

Aux Etats-Unis, on prend la chose très au sérieux. Quasiment « une menace nationale » : on craint que les données des utilisateurs, dont celle de millions de jeunes Américains, ne finissent entre les mains du gouvernement chinois. L’interdiction sur le sol américain est proche et inévitable, selon Trump. A peine quelques soucis réglementaires à gérer avant que le président appose sa signature.

Mais plusieurs questions s’élèvent déjà.

Que fait le reste du monde ?L’Inde a également interdit TikTok et le Comité européen de protection des données (CEPD) enquête sur le traitement des données des citoyens européens par Tiktok.

Est-il judicieux de se mettre les jeunes à dos ? Sur les réseaux, on retrouve beaucoup de propos très durs contre le président contre ces nouvelles mesures.

 

Alors le président serait prêt à forcer ByteDance, la société chinoise qui contrôle TikTok, à vendre ses activités américaines à une société maison. Microsoft est pressenti, mais Facebook serait aussi sur les rangs. Quelques jours après une audience historique avec les quatre patrons de GAFA, pour cause de concurrence trop importante, cela ne serait peut être pas la chose la plus censée. Trump est bloqué.

Sahara Cohen