Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Présidentielle 2022

123J 02H 11Min 14Sec

Vudailleurs.com

Transat Jacques Vabre : Bricolage et Pot-au-Noir dans le viseur pour le Maxi Edmond de Rothschild


 
Avec plus de 132 milles d’avance sur leur plus proche poursuivant et 235 milles sur le troisième à la mi-journée, Charles Caudrelier et Franck Cammas sont parvenus à accroitre leur avance en tête de course avant d’attaquer dès demain l’un des passages redoutés de cette Transat Jacques Vabre : le Pot-au-Noir ! Et pourtant, la nuit de notre duo à bord du Maxi Edmond de Rothschild n’a pas été de tout repos, car entrecoupée par une mission bricolage en pleine nuit noire. Cette nouvelle journée de mer, la septième, sera consacrée à faire avancer le maxi-trimaran aux cinq flèches vers le Sud tout en ajustant sa trajectoire vers le point d’entrée choisi pour aborder la Zone de Convergence Inter-Tropicale.

« On se détend un peu ce matin. Ça glisse tout seul et on avance un peu plus vite que les autres donc c’est reposant, tranquillisant », confiait Charles Caudrelier ce samedi matin avant de revenir sur le rythme des premiers jours de course : « Ça fait déjà six jours que nous sommes partis et le temps est passé à une vitesse dingue car nous n’avons pas arrêté de manœuvrer et de bosser à faire avancer le Maxi. Nous n’avons pas vraiment sorti la tête du guidon. Il fallait tout le temps régler, aller vite et penser à la stratégie à venir. Notre cellule routage a fait un super boulot et pour nous, pour l’instant, ils n’ont pas fait une erreur ! Cela nous a permis de creuser l’écart petit à petit avec nos concurrents malgré nos petits pépins techniques. »

Casse mécanique

LPeu avant minuit, les skippers du Maxi Edmond de Rothschild ont contacté leur équipe à terre pour les informer d’une casse mécanique. Impossible de démarrer le moteur et d’effectuer la charge batteries requise. En effet, en course, la propulsion du moteur est bloquée mais ce dernier sert à entraîner les alternateurs pour recharger les batteries et produire l’énergie nécessaire à tout l’électronique embarqué. « Comme d’habitude quand on démarre le moteur c’est que l’on n’a plus d’énergie… », explique d’emblée Charles Caudrelier. Comprenez par-là qu’une fois la casse identifiée le temps était compté pour la résoudre sous peine de « black-out » tant redouté par les marins au large.

« On a bien cru que nous allions devoir faire escale… mais l’équipe a réagi super vite et a été pertinente comme d’habitude ! Nous sommes passés en mode économie d’énergie à bord en coupant tous les systèmes qui pouvaient l’être, Franck a barré et moi j’ai fait deux heures de mécanique en bas. Finalement, miracle ! Une seule des trois vis qui tenaient la pièce était cassée et j’ai pu réparer », détaillait le skipper soulagé d’avoir pu gérer cette situation aussi rapidement. En conclusion, plus de peur que de mal et quelques heures de sommeil de perdues : « Ces nuits-là sont toujours un peu épuisantes car elles cassent le rythme que nous avons mis en place. Ni Franck ni moi n’avons pu nous reposer pendant 6 ou 7h… mais heureusement la deuxième partie de nuit a été bien meilleure. »

Images du large, jour 6 – Glisse matinale au large du Cap-Vert
« La lumière est magnifique au large du Cap-Vert ! », la carte postale matinale envoyée par Charles Caudrelier révèle pourtant les stigmates d’une nuit agitée à bord du Maxi Edmond de Rothschild. Mais le problème étant résolu et derrière eux, les deux marins savourent ce moment de glisse et les milles ajoutés à leur matelas d’avance au cours des dernières heures. Ils se projettent aussi sur la suite du programme, avec une météo qui s’annonce une nouvelle fois compliquée à décrypter. « Quand on est devant en abordant le Pot-au-Noir, on a beaucoup plus de chance de se faire rattraper… mais c’est le jeu ! » concluait Franck Cammas depuis le cockpit du géant aux cinq flèches.

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!