Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

-88J -5H -4Min -13Sec

Vudailleurs.com

Tunisie : les noirs espèrent plus d’égalité

De nombreux Tunisiens de la minorité noire ont encore officiellement les termes « atig » ou « chouchane » (« esclave ») accolés à leur nom, près de deux siècles après l’abolition, en 1846, de l’esclavage en Tunisie. « Aujourd’hui encore des enfants naissent avec le nom atig », s’indigne Saadia Mosbah, qui a fondé, en 2013, l’association de défense des minorités M’nemty (« mon rêve ») et a soutenu la famille Dali dans sa démarche.

Face au racisme profondément ancré, les Tunisiens noirs espèrent plus d’égalité

Deux jeunes hommes tunisiens marchent dans les rues de Djerba dans le sud du pays

« Le pire, c’est que ce cimetière se trouve près d’une mosquée où les prêches appellent à l’égalité et au respect », ironise la trentenaire.

« Des cimetières pour les esclaves et des cimetières pour les personnes libres: c’est un phénomène qui (…) a besoin d’être traité », reconnaît Mourad Missaoui, à la tête d’un des arrondissements de Houmt Souk.

Contrairement aux grandes villes comme Tunis et Sfax, les habitants de Djerba enterrent leurs morts sans autorisation municipale, ce qui leur laisse la possibilité de répartir les lieux de sépulture selon les familles ou le niveau social, voire la couleur de peau

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!