Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Présidentielle 2022

-43J 00H -16Min -27Sec

Vudailleurs.com

Un kit d’urgence pour les femmes en situation de détresse par Béatrice MESINEL et Anne C

Anne-Audrey CLAUDE

Selon un rapport du ministère de l’égalité femmes-hommes, en 2021, la précarité en France est incarnée par une femme, mère d’enfant et travaillant à temps partiel. La précarité des femmes est liée directement à l’iniquité professionnelle et l’équilibre personnel.

Béatrice MESINEL

Cette vulnérabilité genrée a longtemps été occultée par le modèle traditionnel du couple, de la famille un homme et une femme mariés. De plus, le calcul des ressources s’effectue par ménage, de ce fait les revenus où les salaires des conjoints sont cumulés et s’équilibrent. Or, ce schéma change, et de nos jours les femmes qui souhaitent pour des raisons diverses prendre leur indépendance et font face à leur réalité : la pauvreté. Ainsi nombre d’entre elles restent bloquées dans des situations de détresse psychologique ou physique.

La dépendance financière est un des facteurs de blocage des femmes victimes de violences physiques ou mentales. Dans l’urgence, certaines se retrouvent démunies et n’ont pas les moyens financiers et logistiques pour s’éloigner du foyer. Selon plusieurs témoignages de femmes en situation de détresse, d’autres points bloquants contribuent à l’isolement, la précarité ou autres emprises de bourreaux

Ainsi sont pointés les lourdeurs administratives, le système de dépôt de plaintes inadapté, c’est ainsi qu’est née l’idée du Rescue kit. C’est un kit d’urgence qui permet aux femmes en situation de détresse de partir dans les plus brefs délais de chez elles.

Le Rescue kit est à récupérer directement dans les réseaux de distribution qui auront signé le protocole d’aide (exemple de distributeurs : supermarchés, boulangeries, pharmacie ou
maison de quartier etc…).

Comment mettre en œuvre Rescue Kit ?
Fédérer un écosystème d’aide aux femmes en détresse

Sortir de l’idéalisation entretenue par les conférences et les débats sur l’aide à apporter aux femmes en situation de détresse et de violence conjugale activant un écosystème d’entre aide. En attendant de renverser les chiffres des femmes victimes d’agressions notamment de violences conjugales ou d’actes sexuels, il est temps de mettre en place de solutions d’aides alternatives.

Au-delà de la recherche de financement, le Rescue Kit (kit d’urgence) est une mise en pratique qui repose sur un triptyque : association-public-privé.

Outre l’accompagnement psychologique, l’apport d’associations professionnelles tels que les réseaux d’avocats pour le conseil juridique, de financiers pour la gestion bancaire et l’aide à la prise de décision en matière de redéfinition des dépenses, de notaires bénévoles pour des conseils patrimoniaux, renforcerait le dispositif pour accompagner la mutation pérenne des femmes.

Dans une proposition d’aides aux femmes en détresse, les acteurs publics occuperaient un
rôle d’opérateurs :

par la promotion du Rescue Kit auprès des femmes signalées ;

  • par la dispense de formation, au local, à des cellules multi-fonctionnaires (agent de
    mairie, police, médiateur, entre-autre) pour créer de la liaison et de la connaissance
    des bonnes pratiques ainsi que de l’écosystème associé au kit d’urgence.

Pour répondre aux besoins de premières nécessités, le soutien des grandes entreprises s’avèrerait essentiel pour fournir ce kit d’urgence avec notamment les acteurs de l’hôtellerie, la restauration, les services postaux, la grande distribution, les enseignes d’habillement et d’équipement à l’habitat, les marques d’hygiène féminine mais aussi le monde de la culture. Tous les apports des grandes entreprises se matérialiseraient par un système de « bons d’achats ».

Même si cela paraît déconnecté de la réalité de l’urgence, l’intégration du monde de la culture dans le kit d’urgence serait une valeur ajoutée humaniste. La culture apporte un encrage, dans une phase de repli sur soi, pour s’affranchir et trouver une zone d’aération de l’esprit. La culture représente le maintien dans l’humanité. La parenthèse enchantée pour rester intégrée à la société lorsqu’un épisode de remise en question chamboule la vie d’une femme. L’accès à la culture, dans le rescue kit, reviendrait à une extension des chèques cultures déjà très répandus en France.

Comment obtenir, dans l’avenir, le rescue kit ?

Dans un contexte de violences familiales, la fuite du domicile reste la 1ère action difficile à prendre en main. Le jour du déclic, la victime enverrait un SMS à un numéro spécial. Un message de confirmation avec un code secret lui communiquerait 3 points de retrait possible. Les points de retrait se situeraient chez un réseau de commerces de proximité partenaires :
boulangerie, bar-tabac, supermarché, etc.

De l’écoute des complexités logistiques à quitter le domicile commun et à s’entourer des expertises nécessaires à l’aide de prise de décision, dans un état psychique fragilisé est né le projet Rescue Kit (le kit d’urgence). Sororité ou fraternité ? La question est quels seront les acteurs précurseurs à prouver l’utilité du kit d’urgence.

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!