Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

-131J -16H -59Min -31Sec

Image Alt

Vudailleurs.com

Une guerre au Moyen-Orient est-elle imminente? Par Germán Gorraiz López

Joe Biden aurait cédé aux pressions de l’AIPAC*. Dans une déclaration conjointe avec le Premier ministre israélien par intérim, Yair Lapid, dans le cadre de sa visite actuelle en Israël, il a promis que «les Etats-Unis utilisent tous les éléments de leur puissance nationale pour empêcher l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire», puisque la démocratie américaine aurait comme pilier de son système politique l’alternance successive au pouvoir des partis démocrate et républicain, Joe Biden étant la nouvelle couverture de l’AIPAC. 

Ainsi, la victoire surprise de Donald Trump contre Hillary Clinton a représenté pour Israël le fait de «perdre un ami précieux pour gagner un meilleur ami», Donald Trump, qui a établi le puzzle décousu du chaos qui s’est terminé par la victoire du candidat démocrate Joe Biden, qui avait déclaré en 2007: «Je suis sioniste. Vous n’avez pas besoin d’être juif pour être sioniste. 

L’Iran, la bête noire d’Israël? En 1978, Zbigniew Brzezinski, qui était à l’époque chef du Conseil de sécurité du président Carter, inventa en 1978 l’expression «arc de crise» pour qualifier l’ensemble des pays musulmans de langues turques et iraniennes qui s’étend du Bosphore à l’Indus. Il précisa que si l’un des deux venait à être déstabilisé, les problèmes de la région deviendraient incontrôlables. C’était, alors, l’esquisse d’une théorie qu’il a fini de dessiner dans son livre Le grand échiquier: l’Amérique et le reste du monde (1997), considéré comme la Bible géostratégique de la Maison Blanche ainsi que le livre de chevet des générations successives de géostratèges et de politologues. L’Iran a acquis une dimension de puissance régionale grâce à la politique erratique des Etats-Unis en Irak, (résultat de la myopie politique de l’administration Bush obsédée par l’Axe du Mal) en éliminant ses rivaux idéologiques, les radicaux talibans sunnites et Saddam Hussein avec le vide du pouvoir qui s’en est suivi dans la région, en réaffirmant son droit inaliénable à la nucléarisation.

Mais après l’élection du président iranien, Hassan Rouhani, un nouveau scénario s’est ouvert et une opportunité pour la résolution des Etats-Unis avec le différend nucléaire Israël-Iran car un éventuel blocus du détroit d’Ormuz (par lequel passe un tiers du trafic énergétique mondial) pourrait aggraver la récession économique mondiale et fragiliser profondément l’ensemble du système politique international. Cela obligerait les Etats-Unis à reconsidérer le rôle de l’Iran en tant qu’arbitre régional de puissance et potentiel dans le concours syrien. 

Cependant, après l’approbation par le Congrès par le président de la commission des relations étrangères du Sénat, Bob Menendez et le sénateur Lindsey Graham qui ont présenté ce 19 juillet la loi sur la surveillance de la capacité des armes nucléaires de l’Iran afin de créer un groupe de travail chargé de surveiller les armes nucléaires et les capacités de missiles de l’Iran, on assistait à l’augmentation des pressions du lobby américain pro-israélien (AIPAC) pour procéder à la déstabilisation de l’Iran par des méthodes expéditives.

Ainsi, le Sénat américain a renouvelé à l’unanimité jusqu’en 2026 l’Iran Sanctions Act (ISA) et après le lancement d’un nouveau missile balistique par l’Iran, Donald Trump a augmenté les sanctions contre plusieurs entreprises iraniennes liées aux missiles balistiques sans violer l’accord nucléaire signé entre le G+5 et l’Iran de 2015, connu sous le nom de Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA), un accord abandonné par l’administration Trump.

Cet abandon a eu comme effet collatéral l’étranglement des exportations de pétrole brut iranien et son entrée dans l’orbite d’influence de la Chine, ainsi qu’une augmentation de son enrichissement d’uranium à 60% pour lequel Israël a mené des attaques médiatiques et sélectives dans le but de déstabiliser le régime du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei tout en ayant scellé des alliances avec les Emirats arabes unis (EAU) et l’Arabie saoudite pour former une entente contre l’Iran. 

Joe Biden a-t-il besoin d’une nouvelle guerre pour gagner la présidentielle de 2024? La disgrâce de Benjamin Netanyahou avec l’AIPAC s’est cristallisée dans le gouvernement de coalition dirigé par le centriste Yair Lapid et la droite avec Naftali Bennett (Rainbow Coalition). Cela représentait le déclin politique du dernier empereur juif, Benjamin Netanyahou, après 12 ans au pouvoir. Mais, avec l’endémisme atavique de tous les gouvernements juifs, le gouvernement Bennett a poursuivi la campagne systématique de colonies illégales, dont, l’avant-dernier épisode, serait l’annonce de la création des nouvelles colonies d’Asif et de Matar avec l’objectif avoué de «doubler la population des hauteurs du Golan» après avoir reçu les bénédictions des administrations Trump et Biden qui auraient scellé des alliances avec les Emirats arabes unis (EAU) et l’Arabie saoudite pour former une entente contre L’Iran. 

Israël considère l’Iran comme «le plus grand exportateur de terreur et de violation des droits mondiaux dans le monde alors qu’il continue d’enrichir de l’uranium et est dangereusement proche d’obtenir une bombe nucléaire». Joe Biden aurait cédé aux pressions de l’AIPAC. Et, dans une déclaration commune avec le Premier ministre israélien par intérim, Yair Lapid, en marge de sa récente visite en Israël, il a promis que «les Etats-Unis utilisent tous les éléments de leur puissance nationale pour empêcher l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire».

Il convient de rappeler que l’usure subie par Joe Biden après le fiasco en Afghanistan, l’inflation galopante et l’éventuelle entrée en récession de l’économie l’année prochaine après le conflit en Ukraine, pourraient conduire à la victoire républicaine aux élections de mi-mandat de 2022 anticipant un retour triomphal de Donald Trump aux élections présidentielles de 2024. Cela serait un paradigme de la récente victoire républicaine dans l’Etat de Virginie.

Etant donné que les réserves stratégiques américaines sont à un niveau record et que l’industrie américaine du schiste a réussi à prendre son envol en raison de l’emballement du brut couplé au défi croissant à l’hégémonie américaine posé par le colosse chinois, cela pourrait forcer Joe Biden à soutenir une première attaque surprise d’Israël contre l’Iran pour déclencher une nouvelle guerre au Moyen-Orient qui aurait le double objectif d’assécher les sources d’énergie de la Chine et d’augmenter sa cote de popularité pour être réélu lors des futures élections présidentielles de 2024.  

Selon Veterans Today, «Israël déplace des armes de défense aérienne, de l’artillerie à longue portée, des hélicoptères et des avions de combat F-15 vers Erbil, capitale du Kurdistan irakien pour une guerre plus large contre l’Irak et l’Iran» allant contre l’Iran et la Turquie qui ont menacé de prendre des «mesures plus fortes» pour empêcher le nouveau Kurdistan de devenir le porte-avions d’Israël dans une guerre à venir contre les gouvernements chiites d’Irak et d’Iran».

Cette opération pourrait se déchaîner dans les mois à venir.

Ainsi, après les fiascos en Syrie, en Libye et en Irak, l’Iran serait le nouvel appât du plan anglo-sioniste esquissé par l’Alliance anglo-sioniste en 1960 pour attirer à la fois la Russie et la Chine et provoquer un grand conflit régional qui marquera l’avenir de la région dans les années à venir. Il s’agirait d’un nouvel épisode local qui marquerait le retour à l’endémisme récurrent de la guerre froide américano-russe.

Ce conflit pourrait impliquer les trois superpuissances (Etats-Unis, Chine et Russie) comptant comme collaborations nécessaires les puissances régionales (Israël, Syrie, Egypte, Jordanie, Arabie Saoudite et Iran) en couvrant l’espace géographique qui s’étend de l’arc méditerranéen (Libye, Syrie et Liban) au Yémen et à la Somalie, avec l’Irak comme épicentre et rappelant la guerre du Vietnam avec Lyndon B. Johnson (1963-1969).

(*) L’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) – est un lobby créé en 1963 aux États-Unis visant à soutenir Israël 

Germán Gorraiz López, analyste politique

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!