Parmi les vaccino-sceptiques, anti-vax, qui s’opposent au principe même de la vaccination et qui ont tout fait pour se soustraire (eux et leurs proches), on retrouve ceux qui ne croient pas en la gravité de l’épidémie, ceux qui expliquent que les études n’ont pas été suffisantes, qui sont contre le principe même de vaccination par inoculation d’une molécule de virus ou alors que cette affaire est une affaire lancée par d’affreux capitalistes à la direction des groupes pharmaceutiques, en lien avec les grandes fortunes du monde qui auraient des volontés eugénistes…

Bref, certaines théories peuvent aller très loin et chacun est libre de son choix, mais ce qui peut être dangereux, c’est quand ces groupuscules utilisent leur influence sur les réseaux sociaux pour désinformer en masse la population.

 

Facebook a commencé avec agir avec force : les fausses allégations sur le Covid-19 et les vaccins sont interdits sur sa plateforme ou sur Instagram, depuis lundi dernier.

Ces allégations interdites comprennent notamment celles qui disent que ‘le virus a été conçu par l’homme », que « les vaccins ne sont pas efficaces pour prévenir la maladie « , qu’il est plus sûr de « contracter la maladie que de se faire vacciner » et que « les vaccins sont toxiques, dangereux ou provoquent des troubles, comme l’autisme ».

En plus de ça, le géant numérique a annoncé donner 120 millions de dollars de crédits publicitaires pour aider les ministères de la santé, les ONG et les agences internationales dans leurs communications sur le vaccin Covid-19 ou d’autres informations préventives. Pouvoir connaitre quel est le centre de vaccination le plus proche, et ses disponibilités devrait être possible dès les prochains jours aux Etats-Unis.

Emilie Marius