7 ans au pouvoir, un seul septennat, mais un mandat qui reste marqué par des avancées sociales et économiques – le vote de l’IVG, notamment – et une crise profonde, celle des chocs pétroliers, qui a amorcé le délabrement de l’économie française d’aujourd’hui et la montée en puissance des dépenses publiques.

 

Mais d’abord, Valery Giscard d’Estaing, c’est un des pères fondateurs de l’euro, de la monnaie unique alors qu’il était ministres des Finances de Georges Pompidou.

Conscient qu’il fallait uniformiser les politiques monétaires, décider en commun du sort financier, il était largement partisan d’emprunts européens en commun et de relance européenne.

Européen convaincu, il plaide pour l’entrée de la Grèce mais ne se satisfera pas de la présence des Britanniques qui « compliquent tout ». Il est à l’origine de la création du Conseil européen, pour que les chefs d’Etat, en souverain de leur pays, puisse prendre des décisions concertées.

En 1975, après le premier choc pétrolier, il plaide pour une concertation économique des pays les plus riches de la planète. Gerald Ford, Helmut Schmidt, lui-même et 2 autres chefs d’Etat se réunissent, pour la première fois à Rambouillet, pour un rendez-vous de la gouvernance mondiale, le premier G5, qui sera repris chaque année depuis, dans des formats qui ont pu évoluer.

Il y a des événements qu’il ne maitrise pas, comme le baril qui passe de 3 à 10 dollars. Il s’en est voulu, Giscard, de la trop grande dépendance de la France au pétrole, alors il lance la conquête du nucléaire. C’est aussi sous son mandat que naît le TGV. Dans sa politique d’infrastructures, VGE était dans la ligne directe de De Gaulle et Pompidou, avec une France pionnière, innovante et souverainiste.

 

Mais à la fin des années 70, le président de la République subit une deuxième crise, un deuxième choc pétrolier : fin de la croissance miraculeuse des Trente Glorieuses, inflation, taux de chômage doublé et perspectives bouchées… Les Français ne comprennent pas ce qui leur arrive, et en impute la faute à ce jeune président, qui ne sera pas réélu.

Sahara Cohen