Comment la force de police de la ville de Vallejo, en Californie, a pris le contrôle de la politique de la ville, allant parfois un peu trop loin, jusqu’à s’en faire renverser ?

Tout a commencé avec l’assassinat de Michael Brown à Ferguson, dans le Missouri, en 2014. Des mouvements de protestation ont poussé les grandes villes à réformer leur politique de répression policière. Selon la base de données « Mapping Police Violence », les homicides commis par la police dans les trente plus grandes villes américaines ont diminué d’environ 30% depuis.  Pourtant, ils n’ont pas diminué à l’échelle nationale, notamment dans les zones rurales et suburbaines où environ ¾ des homicides commis par la police se produisent maintenant dans ces zones.

 

Vallejo, ville est surtout connue pour son parc d’attractions Six Flags, fait partie de ces zones suburbaines. Son revenu par habitant est inférieur à la moitié de celui de San Francisco, et sa population est plus diversifiée, répartie entre Blancs, Afro-Américains, Latinos et Asiatiques.

Depuis 2010, les policiers de Vallejo ont tué dix-neuf personnes, un taux exceptionnellement élevé. Les flics de Vallejo ont tiré sur des personnes qui s’enfuyaient, sur des hommes non armés, utilisé des armes à feu lors de disputes en dehors du service et sur des personnes apparemment malades mentales. Les dossiers de la police de la ville montrent que les officiers qui tirent sur des hommes non armés ne sont pas punis.

Et cela coûte cher à la municipalité. Au cours des dix dernières années, Vallejo a versé près de seize millions de dollars en règlements judiciaires impliquant la police. Entre temps, entre 2000 et 2007, la police a reçu une augmentation de salaire de 50%. Vallejo avait l’un des revenus par habitant les plus bas de la région de San Francisco, mais la police la mieux payée.

 

Si beaucoup d’affaires se terminent par des paiements importants, les assureurs, obligés de payer, ont commencé à émettre des plaintes. Finalement, le conseil municipal a cédé et, en mai 2008, Vallejo est devenue la plus grande ville de Californie à avoir jamais fait faillite, obligée de licencier toute la police et les pompiers.