Les médias s’opposent depuis longtemps au fait d’apparaitre gratuitement sur des pages de recherche. Dans ce combat, ils ne sont pas seuls et sont épaulés par les gouvernements.

Par exemple, depuis quelques mois, l’Australie mène une guerre sans fin aux géants américains du web, Google et Facebook. Le pays cherche à ce que les médias, qui sont relayés par le moteur de recherche, soient rémunérés pour apparaitre sur une page de résultats Google ou dans un fil d’actualité Facebook.

 

L’Australie prend la chose très au sérieux et ne cède pas face à l’impérialisme des deux sociétés. Ces derniers jours, Mark Zuckerberg a dû avoir un rendez-vous téléphonique avec le ministre des Finances australien tandis que Sundar Pichai, PDG de Google, s’est entretenu avec le Premier ministre Scott Morrison. L’exécutif a fait savoir qu’aucun n’aurait obtenu de concession. Les patrons ont dû s’expliquer et leurs entreprises devront s’acquitter de ce qui s’apparente à une taxe à la presse, puisque le projet de loi est maintenant en passe d’être adopté.

Les GAFA devraient brandir la menace de sanctions : Facebook arrêterait de diffuser le contenu de presse australien quand Google aurait menacé de carrément retirer le moteur de recherche du pays.

 

L’Australie n’est pour autant pas seule dans cette guerre, soutenue par de nombreux gouvernement, du Commonwealth d’abord avec le Canada et le Royaume Uni. La France garde un œil sur ce dossier, puisqu’une loi dite des droits voisins, va aussi très loin concernant la régulation des GAFA.

Sahara Cohen