Puteaux, le 4 novembre 2013Econocom, groupe européen de services numériques aux entreprises, s’est naturellement associé à ce Baromètre, en parfaite résonance avec son principal défi : accompagner les entreprises dans la digitalisation de leurs processus métiers, grâce à l’alliance de l’innovation technologique et financière.

Les principaux enseignements du Baromètreè Selon 66,5% des décideurs interrogés, le meilleur levier pour accroître la compétitivité de leurs entreprises est de se différencier par l’innovation.è Alors que près de 85% des sondés se déclarent attentifs à l’actualité et aux nouveautés liées au numérique, seule une minorité semble avoir connaissance des prochains bouleversements numériques liés à l’internet des Objets, au Big Data, ainsi qu’à la Smart Energy et à la Smart Industry. Même si 58,5% des interviewés voient dans une évaluation du retour sur investissement un facteur clé qui pourrait les décider à lancer un projet numérique au sein de leur organisation, le financement reste aujourd’hui encore le principal frein pour les entreprises (64,5%) à un investissement dans une solution numérique, loin devant la crainte sur la sécurisation des données (31,2%). è Sur le plan des bénéfices, l’accès en mobilité au système d’information de l’entreprise (53,9% des sondés), la traçabilité (50,8%) et le suivi en temps réel (50,4%) s’affirment comme les premiers attendus lors de la mise en œuvre d’un projet numérique.è Enfin, les enjeux de la cybersécurité semblent insuffisamment appréhendés pour 36,6% des interviewés, qui estiment que les données de l’entreprise ne sont pas plus vulnérables du fait du développement du numérique.

Damien Heiss, Directeur du Segment Stratégique Industrie chez Econocom, déclare : «Ces résultats viennent confirmer que le positionnement original d’Econocom, fondé sur le mariage de l’innovation technologique et financière, est en parfaite synergie avec les attentes des décideurs de l’industrie. En effet, l’adoption plus large par les entreprises des nouvelles technologies digitales, passe avant tout par un accompagnement au  ‘financement à l’usage’ de ces solutions, en optimisant CAPEX et OPEX. D’autre part, pour être compétitive, l’entreprise industrielle doit se différencier par l’innovation et apporter des offres de services à valeur ajoutée, à la manière des ‘Smart Solutions’ qu’Econocom met en place pour ses clients. Les usines de demain seront ‘Smart’, à l’image de l’initiative Outre-Rhin, de l’Industry 4.0.»Ce Baromètre exclusif a été réalisé en ligne par ‘L’Usine Nouvelle’ en partenariat avec Sage et Econocom, auprès de 484 décideurs d’entreprises industrielles.Rappelons que pour aider ses clients à tirer profit de ces nouvelles solutions digitales dans leurs stratégies métiers, Econocom investit continuellement en  mettant  en place les moyens et ressources qui lui permettent de servir cet objectif :-          En renforçant son offre dans les services numériques, dans les réseaux, la cybersécurité, le Cloud computing et l’intégration d’applications mobiles.-        

  En structurant sa capacité d’innovation, en particulier autour des objets intelligents*. Le groupe est membre de l’Alliance IPSO – IP for Smart Objects et a créé en 2012 un programme de R&D européen dédié aux Solutions Intelligentes en partenariat avec l’Institut de Recherche ISMB -Instituto Superiore Mario Boella basé à Turin (Italie) et de nombreux industriels. Plus récemment, le groupe a annoncé un partenariat avec la société de capital-risque Partech Ventures pour promouvoir les jeunes entreprises innovantes dans le numérique. Enfin, il s’est associé à StartUp42, l’accélérateur de startups lancé par l’EPITA, et a rejoint le Club Open Innovation.-          En construisant des solutions verticales adaptées aux enjeux des Directions Métiers de ses clients, notamment dans les secteurs du Healthcare, du Retail, de l’Education et de l’Industry.