Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

-242J -16H -58Min -37Sec

Image Alt

Vudailleurs.com

Emmanuel Macron au Cameroun : que va faire le président de la République?

En visite à Yaoundé, le chef de l’État a souhaité, mardi 26 juillet, que des historiens français et camerounais puissent éclairer le passé sur les responsabilités des deux pays avant et après l’indépendance en 1960. Un collectif de partis camerounais l’avait appelé à reconnaître les « crimes de la France coloniale ».

Emmanuel Macron a donc choisi le Cameroun pour son tout premier déplacement en Afrique depuis le début de son second mandat. Un choix auquel il entend donner du sens, lui qui dit vouloir accorder toute son attention à la jeunesse africaine, renouer avec une plus grande coopération économique, tout en essayant d’aider le Cameroun à développer sa souveraineté. Passé ces promesses, le chef de l’État s’est plié au jeu des questions-réponses, un exercice pas si fréquent pour le chef de l’État, et donc nécessairement instructif.

En ces temps de guerre, tout déplacement devient l’occasion d’évoquer les conséquences de la guerre en Ukraine, qui n’épargne pas le continent africain, explique le président de la République. Pour des raisons économiques, tout d’abord. « Alors même que nous sortons à peine de la crise liée au Covid-19, le conflit ukrainien met à l’épreuve nos économies, et en particulier en Afrique. »

« La Russie a beaucoup diffusé de fausses informations »

Mais aussi pour des considérations géopolitiques. Emmanuel Macron revient sur la stratégie conduite par la Russie sur le sol africain, qu’il juge « préoccupante ».

  « Ce ne sont pas des coopérations classiques, poursuit-il. Cette « présence hybride », comme il la nomme, « permet à la Russie de venir en aide soit à des pouvoirs politiques affaiblis (pour en tirer profit), soit à des milices n’ayant aucune légitimité. » Reste à savoir quelle réponse apporter à cette présence russe. « La France fera tout pour que ce schéma ne se diffuse pas trop, parce que je ne crois pas qu’il soit bon, en particulier pour les peuples », se contente d’affirmer Emmanuel Macron.

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!