« En tant qu’Alsacienne, et vivant dans une région frontalière, je me réjouis que le Parlement européen approuve le nouveau règlement INTERREG qui permettra de construire et de faire battre le cœur de l’Europe dans les régions frontalières » a déclaré Anne Sander, Députée européenne et Présidente du groupe de travail sur la coopération transfrontalière au Parlement européen. 

 

Le rapport de Pascal Arimont, qui fixe les nouvelles dispositions du règlement pour une coopération territoriale européenne (INTERREG), a été approuvé pendant la session plénière du Parlement européen. Ce programme européen, qui existe depuis plus de 30 ans, sera accompagné d’un budget de près de 8 milliards d’euros. Les projets qui seront financés concernent les transports, les infrastructures de santé ou encore la mise en réseau des petites et moyennes entreprises transfrontalières qui font la richesse socio-économique de nos territoires.

 

« L’utilité et la valeur ajoutée du programme INTERREG ne sont plus à démontrer. Depuis plus de 30 ans, ce programme européen permet de financer plusieurs milliers de projets et d’initiatives qui contribuent à lever les obstacles juridiques et administratifs et rapprocher les citoyens européens les uns des autres autour de projets concrets qui faciliteront leur vie quotidienne tout en relevant les défis dans les régions frontalières. »

 

« La pandémie de la Covid-19 que nous traversons nous rappelle chaque jour que la coopération transfrontalière demeure essentielle, notamment pour renforcer les services publics transfrontaliers, les transports, et la coopération de santé publique, des enjeux cruciaux à relever pour les citoyens européens dans les régions frontalières. Alors que les frontières restent souvent vécues négativement par certains, c’est paradoxalement dans ces espaces frontaliers, à travers la coopération territoriale notamment, que l’Europe se vit et se construit au quotidien. »

Anne Sander