Christine Lagarde anticipe dès juillet un ajustement du message de la BCE sur les orientations futures de sa politique monétaire, en lien avec la récente révision de son objectif d’inflation

 

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a  annonce que la Banque centrale européenne s’apprête à présenter les modifications dans l’orientation de  sa politique monétaire lors du conseil des gouverneurs du 22 Juillet avant leur probable mise en œuvre l’année prochaine. La BCE a fait savoir la semaine dernière qu’elle avait revu son objectif d’inflation à moyen terme à 2% dans le cadre de sa nouvelle stratégie, ce qui lui permettra de tolérer momentanément un taux supérieur. Elle visait auparavant une inflation proche de, mais inférieur à 2%. « compte tenu de la détermination dont nous devons faire preuve pour atteindre notre engagement , le pilotage des anticipations (forward guiandace) sera certainement réexaminé » à déclaré la président de la BCE sur Bloomberg TV.

La conclusion, plus précoce que prévu, de l’examen stratégique de la BCE alimente les spéculations sur le futur de sa politique monétaire, reposant sur des taux au plus bas et d’importantes liquidités déversées sur les marchés.

Les ministres du G20 ont eux alerté ce week-end sur les risques d’un ralentissement de la reprise, du fait de la propagation du variant Delta de la pandémie et du faible taux de vaccination dans de nombreux pays

Se mettre d’accord sur la communication

Depuis 2013, la BCE s’exprime à l’issue de chaque réunion de politique monétaire sur la trajectoire future de ses taux directeurs et d’autres mesures exceptionnelles de soutien monétaire, un exercice désigné sous le terme anglais de «forward guidance».

Les marchés s’agrippent à cet élément central de la communication de la banque centrale qui a un effet sur l’ancrage des anticipations d’inflation sur le moyen terme.

Aussi, la BCE s’étant mise d’accord sur la «constitution», soit son nouveau cadre stratégique, elle veut désormais «se mettre d’accord sur la loi», c’est-à-dire la communication sur ses actions futures, et ce «en réponse aux circonstances» du moment, a expliqué Christine Lagarde.

Sahara Cohen