L’expression femme au foyer est un des statuts attribué à une femme au sein du couple. Souvent c’est elle qui réalise la majeure partie des tâches du foyer : entretien domestique, achats, préparation des repas, surveillance et éducation des enfants, etc. La répugnance pour ce terme est telle que beaucoup de femmes préfèrent s’identifier avec leur profession, même si les heures effectuées au travail domestique dépassent largement celles du travail de leur métier. Pour cette raison le terme est parfois tombé en désuétude. Le terme femme au foyer va ensemble avec le terme chef de famille où celui qui a le revenu le plus élevé. Le terme chef de famille est rayé dans le Droit matrimonial, mais existe encore dans les faits. La femme au foyer perd cette appellation en tant que veuve, femme divorcée ou parent isolé. Il y a donc une complémentarité entre la femme au foyer (h/f) et son partenaire.
Administrativement la femme au foyer est sans profession, dans la mesure où la notion de profession ne s’applique qu’à une activité rémunérée. Si la femme au foyer a un salaire pour une activité rémunérée, elle est considérée comme exerçant la profession pour laquelle elle perçoit ce salaire. En revanche la femme au foyer est exclue de la population active. Pourtant, au cours des dernières décennies, elle a obtenu une reconnaissance partielle de son activité comme conjointe d’un artisan, commerçant ou d’une personne exerçant une activité libérale ou comme conjoint d’un agriculteur