La campagne de rappel pour la troisième dose de vaccin anti Covid est lancée ce mercredi 1 er septembre. Les personnes âgées de 65 ans ou souffrant de comorbidités sont éligibles. Le rappel sera-t-il obligatoire pour conserver son pass sanitaire ?

 

Le calendrier s’est accéléré. Lundi 23 août, le ministre de la Santé Olivier Véran avait indiqué sur BFMTV que la vaccination des 65 ans et plus serait couplée avec celle – traditionnelle – contre la grippe, c’est-à-dire à partir de fin octobre. Finalement, toutes les personnes concernées pourront se faire piquer dès ce mercredi 1er septembre, à condition que la dernière injection date d’au moins 6 mois.

 

 

Si l’on veut être précis, non. En effet, il s’agit plutôt d’une dose supplémentaire par rapport au schéma complet déjà reçu. Or, si la majorité des personnes vaccinées ont reçu deux doses et seront donc appelées à en recevoir une troisième, celles ayant eu le Covid par le passé et celles vaccinées avec Janssen n’en ont reçu qu’une, tandis que celles immunodéprimées en ont déjà reçu trois. Respectivement, ce sera donc pour elles une deuxième ou une quatrième injection. C’est pour cela qu’il est plus juste de parler de « dose de rappel », même si l’expression « troisième dose » s’est davantage imposé dans le débat public.

Pour l’heure, le pass sanitaire restera donc valide, même si son porteur refuse une troisième dose. Pour autant, comme le rappelle Le Parisien, le gouvernement est déjà revenu sur des décisions similaires. Le président de la République avait par exemple indiqué en avril dernier que le pass sanitaire « ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas ».

Pauline de Grandmaison