Nul ne sait quand l’humanité but du vin pour la première fois ?  Mais, ce que l’on peut affirmer, c’est que la vigne et son produit le vin, ont existé depuis un temps immémorial, et ont traversé les millénaires, les civilisations et les cultures, en transmettant un message symbolique, qu’ont emprunté conjointement les religions, les mythes, les légendes, les sociétés à mystère, mais aussi la culture populaire. Ce message était donc d’une portée universelle, chacune d’elle trouvant à travers l’image de la vigne et du vin une allégorie, une réponse à une interrogation d’ordre métaphysique, traduisant des grandes questions philosophiques et des réponses à de grands mystères. Mais pourquoi ? Il y a là tout le mystère du vin …

Sa propriété enivrante entre pour une grande part. Mais on l’a paré de tant de qualités ! Il était « le lait du vieillard » pour les personnes déficientes et âgées ; on le donnait aux femmes en couche pour « se refaire le sang » ; stimulant pour l’esprit, « le bon vin faisait parler latin », affirmait-on. Arnaud de Villeneuve, le célèbre médecin et alchimiste du moyen âge, ne disait-il pas : « le bon vin sert de médecin » C’est tout dire ! Tandis que Louis Pasteur au XIXe siècle, s’exprimera en ces termes : «  le vin peut être considéré à juste titre comme le plus sain et le plus hygiénique des breuvages ». Le vin a remplacé l’eau pendant très longtemps, lorsque celle-ci n’était pas encore potable.

Quel est l’avenir du vin ? Toutes les vertus dont il a été paré jadis sont-elles toujours de mise aujourd’hui ? Ce que l’on peut dire, c’est que le vin s’est transformé, il est devenu une boisson appréciée des connaisseurs de tous les âges. La culture du vin (dans tous les sens du terme) se mondialise, et avec elle toutes les vertus  matérielles et spirituelles qui lui sont associées, promettant encore de belles pages d’histoire à ce divin breuvage.