Quand tout va mal en Italie, tout va toujours bien…  La pandémie de Covid-19 a été une aubaine pour certains, et notamment les entreprises qui commercialisent des pâtes alimentaires. Les Italiens sont et restent, même confinés, les  plus  grands mangeurs de pâtes de la planète. Ça leur vient de leurs ancêtres qui avaient piqué l’idée aux Chinois et leur fameux la

mian, qu’ils ont transformé en spaghettis, penne, farfalle ou fettucine.

D’après « The Economist » qui a tenu les comptes, un Italien consomme en moyenne chaque année 23 kgs de pâtes. Et les Italiens exportent en plus  60 % de leur production.

Mais les Italiens ne sont pas les seuls à cuisiner des pâtes en ces temps de confinement et cuisine forcée. Au cours du 1er semestre 2020, les exportations  de pâtes ont augmenté de 30 % par rapport au 1er trimestre 2019, accompagnée d’une augmentation des sauces. Barilla a dû augmenter ses capacités logistiques vers l’Allemagne pour livrer à temps et en nombre suffisant.  Et on devrait cette année largement battre le record de 2019 de 16 millions de tonnes de pâtes consommées.

De quoi profiter aux producteurs italiens ? Barilla est une entreprise familiale historique mais elle est aussi une entreprise italienne dans toute sa splendeur. Habituée à certains impairs, comme quand  Guido Barilla en 2013, avait affirmé qu’il ne ferait pas d’affaires « avec une famille homosexuelle » américaine.

Sahara Cohen