Samedi signera le début de la fin de l’arrêt de la centrale de Fessenheim. Après la fermeture des 2 réacteurs nucléaires, le démantèlement de la centrale devrait commencer en 2025 durer jusqu’en 2040.
Que peut-il advenir de l’économie locale jusque là tournée autour de l’activité nucléaire ?
Construite il y a 43 ans à la frontière entre la France et l’Allemagne, la centrale avait transformé ce petit coin d’Alsace sur le plan économique. Il s’agissait de la 1ère en France ouverte en 1977. Elle a permis de créer 2000 emplois directs et indirects, dans un village alsacien de 2500 habitants..

Claude Brender, maire de Fessenheim, s’inquiète pour le futur de sa ville : « La fin de production signifie aussi la fin des recettes fiscales. » Pour les commerces, les pertes de revenus liées à la fermeture sont estimées à 5 millions € alors que les salariés quittent peu à peu le site

La région Grand Est envisagé bien des projets à long terme, comme la création d’une zone économique le long du Rhin et la mise en place d’un port fluvial franco-allemand à Colmar Neuf-Brisach.
Pour l’instant, elle a connu un échec. En 2019, elle avait posé sa candidature pour accueillir l’usine européenne du constructeur automobile Tesla, mais Berlin a été préférée par l’américain. « Qu’est-ce qui fait que demain une entreprise choisira Fessenheim plutôt qu’un autre site, sachant qu’on est un peu éloigné de tous ces axes de communication ? » continue le maire de Fessenheim. L’attractivité des territoires reste la pierre angulaire de toute activité économique.
Anne-Sophie Lemoine