Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Présidentielle 2022

-36J -19H -18Min -25Sec

Vudailleurs.com

Le monde agricole « se féminise » en France

Les femmes représentent 27% des chefs d’exploitation et d’entreprises agricoles, l’engagement des agricultrices pour être reconnues pour leur travail ne faiblit pas. D’autant qu’elles jouent un rôle majeur dans les nouveaux modèles mis en place.

Les évolutions législatives comme la mise en place du statut de conjoint collaborateur, l’autorisation de créer des GAEC entre conjoints ou encore l’extension de la couverture sociale pour les conjointes d’exploitants ont permis une reconnaissance du statut des femmes dans le milieu agricole. Quant aux salariées de la production agricole, elles sont 83,5% à être employées en CDD. En CDI, les femmes ont des temps de travail inférieurs aux hommes du fait notamment du temps partiel et leurs niveaux de rémunérations horaires sont également inférieurs, surtout aux postes d’encadrement.

S’il est vrai que les femmes ont toujours joué un grand rôle au sein des exploitations agricoles, il n’y a que peu de temps que celui-ci est légitimé économiquement, socialement et juridiquement. Et pourtant… En 2015, elles sont plus d’un demi-million à travailler dans l’agriculture : 111 800 cheffes d’exploitation ou d’entreprise agricole, 28 500 collaboratrices d’exploitation et 387 000 salariées dans la production agricole. Elles représentent presque un quart des chefs d’exploitations agricoles (23,9% en 2015). Cette proportion est stable depuis 10 ans. Les cheffes d’exploitation exercent principalement leur activité dans le secteur de l’élevage bovin-lait (17,5%), les cultures céréalières et industrielles (16,7%) et les cultures et élevages non spécialisés (12,8%).

Les femmes sont en moyenne mieux formées

La formation et l’arrivée dans le métier, c’est justement un des axes de travail de la Commission nationale des agricultrices de la FNSEA. « C’est parfois plus difficile de trouver un stage ou un maître d’apprentissage quand on est une fille », glisse Jacqueline Cottier. « Si la proportion de filles dépend des filières, on parle d’un enseignement où elles sont encore minoritaires », renchérit Jacqueline Martin. Alors même que les « femmes en agriculture sont en moyenne mieux formées que leurs homologues masculins », poursuit l’expert du monde agricole.

Un atout qui permet aux agricultrices de se différencier lorsqu’elles prennent la tête d’une exploitation ? Elles cherchent davantage à « s’inscrire dans les tendances du moment ». Comme cette agricultrice qui souhaitait, à l’inverse de toute sa famille, développer un circuit-court ou cette autre qui a exploré la niche des plantes aromatiques. « Comme elles doivent se battre pour arriver à cette position, elles ont envie de montrer qu’elles peuvent réussir par elles-mêmes.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes

Près d’un chef d’exploitation sur quatre est une cheffe : en 2019, 26 % des chefs d’exploitation sont des femmes, une proportion globalement stable depuis plus de dix ans. 27 % en 2016, 25 % en 2012 mais seulement 8 % en 1970.

  • Seules ou accompagnées d’homologues masculins, les femmes dirigent 29,5 % des exploitations ou des entreprises agricoles, proportion stable par rapport à l’année précédente. Dans 16,7 % des cas, les exploitations ou entreprises agricoles sont exclusivement dirigées par des femmes et dans 12,8 % des cas, elles sont dirigées par une équipe mixte. Lorsqu’elles sont associées à des dirigeants masculins, les femmes co-dirigent des structures de forme sociétaire, comme le GAEC (Groupement agricole d’exploitation en commun) ou l’EARL (Entreprise agricole à responsabilité limitée).
  • Baisse du nombre de collaboratrices d’exploitation. En 2019, 12,9 % de l’ensemble des conjointes (mariées, pacsées ou en concubinage) d’exploitants ou d’entrepreneurs agricoles sont affiliées en qualité de conjointes actives (i.e. conjointe collaboratrice) sur l’exploitation ou dans l’entreprise. Cet effectif des collaboratrices d’exploitation a été divisé par deux en dix ans. Les femmes privilégient aujourd’hui le statut de co-exploitant pour travailler sur l’exploitation.
  • 373 700 femmes salariées dans la production agricole. Le secteur de la production agricole emploie 373 700 femmes, un effectif en très légère hausse de 0,2 % par rapport à 2018 et en recul de 6,6 % depuis 10 ans. Elles représentent 116 150 équivalents temps plein et 35,4 % des salariés du secteur.
  • Les femmes salariées ont des conditions d’emploi plus précaires. Le recours au contrat à durée déterminée (CDD) occupe une place prépondérante dans l’emploi féminin de la production agricole. Ainsi, 81,9 % des salariées du secteur détiennent un CDD, ce qui représente 304 400 contrats de travail en 2019.
  • Environ 132 200 femmes d’exploitants sans statut. En 2019, environ on estime à 132 200 le nombre de femmes d’exploitants qui ne sont ni cheffes, ni collaboratrices d’exploitation. Leur participation à la gestion des exploitations n’est pas directement mesurable, mais bien réelle.

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!