Christophe Richard CEO Miflis ltd www.miflis.com

La transition énergétique génère une croissance constante et importante des besoins de stockage des énergies. En effet, la production d’énergies renouvelables est tributaire des éléments naturels tels le vent et l’exposition lumineuse alors que la consommation répond à des critères écologiques tels la température et l’humidité, mais aussi à des critères liés à l’activité économique et sociale. Pour permettre aux énergies renouvelables de s’imposer comme source principale d’énergies d’ici 2050, le monde doit investir massivement en solutions de stockage de l’énergie. La croissance rapide et soutenue de la production d’hydrogène, dont le processus de fabrication est si gourmand en énergie qu’il génère une pression supplémentaire sur les besoins d’électricité et contribue à accroître la demande. Le besoin en solutions de stockage est donc l’enjeu majeur de cette nouvelle année 2021.

Les analyses de IHS Markit anticipent un investissement planétaire de 10 milliards $ d’ici 2025.

Selon le dernier rapport de Mackenzie’ la capacité mondiale de stockage de l’énergie montre une croissance soutenue annuelle de 31 %, enregistrant ainsi 741 gigawattheures d’ici 2030

 

Les technologies exploitées aujourd’hui malheureusement ne font que générer les déchets de demain. Les solutions à base de lithium et de métaux rares et métaux lourds, de produits chimiques toxiques parfois néfastes pour la santé et l’environnement. Certaines des technologies de stockage sont en fait les réelles catastrophes écologiques de demain, qu’il convient aujourd’hui de comparer à des solutions de stockage industriel plus respectueuses de l’environnement. Beaucoup de solutions technologiques nécessitent des ressources minérales considérables, issues de mines d’extraction de métaux rares dans des pays du tiers-monde. Ces filières technologiques sont de larges consommatrices de carbone, elles rendent les pays occidentaux tributaires des échanges mondiaux, les coûts financiers et carbones du transport sont aujourd’hui trop conséquents, enfin les coûts énergétiques et financiers nécessaires au recyclage sont trop élevés. Les coûts et les pollutions liés à la transformation des matières premières et à la fabrication sont aussi au désavantage de ces technologies. Les ressources minérales globales ne permettent pas à ces technologies de pouvoir pallier à la demande.

Des solutions beaucoup plus écologiques existent, mais restent en ce stade peu connu des acteurs de l’énergie encore moins du grand public. Les solutions basées sur l’air comprimé par exemple répondent à des mécanismes simples, efficaces et compétitifs. L’utilisation de l’air comprimé est 100 % écologique, mais aussi permet de réduire considérablement le coût de production de l’hydrogène (car il nécessiterait beaucoup moins d’électrolyseurs coûteux autant en capital qu’en opération et maintenance), ce qui en soi est un avantage compétitif majeur.

Des entreprises européennes proposent aujourd’hui ces solutions qui permettent aux acteurs de l’énergie de s’engager auprès de nouveaux partenaires et contribuer ainsi à l’amélioration de notre environnement. Les élus locaux et nationaux doivent plus que jamais rester attentifs et vigilants quant aux solutions qui leur sont proposées et prendre la mesure de leurs responsabilités en évitant de simplement contribuer à repousser les problèmes de gestion des déchets à charge des futures générations.

Mark HowittCTO de Storelectric, un leader Européen des solutions de stockage des énergies renouvelables déclaraient la semaine dernière, lors d’une conférence sur les nouvelles technologies de l’énergie « Avec le stockage d’électricité à grande échelle et à longue durée, la transition énergétique devient abordable, avec des systèmes fiables et résistants. Avec ce type de solution de stockage, nous pouvons atteindre les objectifs climatiques à un prix abordable. Les technologies CAES sont les technologies les plus rentables et efficaces d’entre toutes les technologies de stockage à cette échelle et pour une meilleure longévité. »

De plus en plus d’acteurs mondiaux, des énergies font appel à nos services et expertises parce qu’ils intègrent maintenant le coût écologique au long terme des solutions, et réalisent les énormes bénéfices que les solutions à air comprimé procurent tant en terme financier qu’écologique. Le coût d’une campagne négative sur l’impact écologique ou pire sur des accidents et des pollutions sont aujourd’hui des risques que les acteurs de l’énergie ne peuvent plus prendre. * BP GOLFE DU Mexique*. Voilà pourquoi NextEra, une compagnie génératrice d’électricité renouvelable, est valorisée à la bourse américaine aussi valable que Exxon Mobilcelui-là en croissance tandis que celui-ci soit en décroissance.
L’Etat français et EDF se montrent aujourd’hui attentifs aux solutions à air comprimé. Ces solutions font appel à de nombreux composants industriels dont les Français sont les meilleurs et les plus compétitifs. Mieux encore, les turbines utilisées pour ces systèmes peuvent être fabriquées par l’usine d’Alstom GE de Belfort qui aurait bien besoin de nouvelles commandes. 

EDF en faisant ce choix, pourrait devenir le plus grand propriétaire au monde de stockage d’électricité décarbonisée.
Pour conclure, il convient de souligner qu’il est de la responsabilité de tous et de chacun de veiller à ce que les solutions choisies par les acteurs industriels de l’énergie répondent aux exigences de sécurité et de confort auxquelles les consommateurs français sont tant attachés.