Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Présidentielle 2022

-42J -23H -30Min -31Sec

Vudailleurs.com

L’élection présidentielle française vue d’Afrique Par Mikhail Gamandiy-Egorov

Si les divers scrutins présidentiels hexagonaux ont longtemps suscité un vif intérêt auprès des populations africaines francophones, notamment en raison de l’emprise du système françafricain sur les affaires intérieures des pays concernés, désormais en dehors de la diaspora africaine qui souvent malgré elle se retrouve à devoir suivre les développements électoraux en France, en Afrique nombreux sont ceux qui n’y voient aucun intérêt.

L’époque où les élections françaises étaient largement suivies dans les anciennes colonies de Paris semble s’éloigner. A l’heure d’une montée en puissance sans précédent des idées souverainistes, panafricanistes, ainsi que dans le cadre du processus de diversification des partenariats extérieurs.

Afrique Média, la télévision panafricaine, avait d’ailleurs consacré une émission d’intérêt sur l’impact de la présidentielle en France dans les relations entre Paris et le continent africain. Les principales positions retenues par les panélistes étant qu’aucun des candidats au poste présidentiel hexagonal n’apportera un changement positif aux relations avec l’Afrique, notamment pour mettre fin au système néocolonial françafricain, notant également l’emprise des intérêts étasuniens sur la vie politique en France.

Ce dernier point est d’ailleurs particulièrement intéressant – à l’heure où une grande partie de la société civile africaine mise sur la pleine souveraineté dans un cadre panafricain. Des appels de plus en plus écoutés par le leadership politique ou militaire de nombre de pays du continent – les cas de la Centrafrique, de l’Ethiopie et du Mali ne font d’ailleurs que le confirmer. Et en ce sens, au-delà du rejet complètement naturel de toute base néocolonialiste occidentale de la part des populations africaines, ce désir souverainiste s’étend également à vouloir traiter avec des nations qui respectent la souveraineté du partenaire, mais également sa propre souveraineté intérieure.

Et en ce sens la France dans son état actuel des choses, bien que cela ait commencé plus particulièrement depuis la présidence de Nicolas Sarkozy, ne peut pas se vanter d’être, à l’instar de beaucoup d’autres pays de l’UE, un Etat souverain digne de ce nom. Et cela non seulement en raison de l’emprise bruxelloise sur les affaires françaises, mais bel et bien – de l’emprise washingtonienne, atlantiste, et de tous les réseaux correspondants.

D’ailleurs dans un article d’octobre dernier, Observateur Continental avait soulevé cet aspect. A savoir qu’un pays comme la République centrafricaine, malgré des années de crise dont elle a commencé à sortir depuis un certain temps – est un Etat souverain. Quant à la République française dans sa version actuelle – rien n’est moins sûr.

Une France d’ailleurs qui n’hésite pas à interférer d’une manière totalement malsaine dans les affaires intérieures d’Etats africains, en faisant mine de prétendre à être encore une grande puissance internationale. Une prétendue puissance assujettie aux intérêts outre-Atlantique. Il est donc assez évident que dans cette réalité, les nations africaines ayant pleinement assumé leur souveraineté, ou qui sont en voie de le faire, rejettent et rejetteront sans la moindre hésitation toute manière paternaliste ou condescendante de la part de l’ex-puissance coloniale, mais d’autant plus venant d’un pays qui ne peut soi-même assumer sa souveraineté.

Effectivement, la posture extrêmement arrogante et irrespectueuse de l’administration élyséenne actuelle, les problèmes sécuritaires non seulement irrésolus par la présence militaire française – mais au contraire qui n’ont fait que largement s’empirer, l’incapacité des autres candidats du scrutin en question à prendre une position ferme – notamment contre le système françafricain, et le rejet devenu évident de la politique hexagonale et plus généralement occidentale par des millions d’Africains – fait que la présidentielle française, n’a probablement jamais été aussi peu suivie par les habitants de l’Afrique.

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!