@crédit photo Woytek Konarzewski

Guidée par ses choix, ses coups de cœur, ses rencontres, Ghislaine Verdier – que le milieu connaît dorénavant comme La femme à barbe (elle l’a bien cherché !) – s’intéresse à l’art singulier et à l’expressionnisme, aux femmes (mais pas que…), aux artistes vivants-es pluritalentueux-ses et aux expressions multiples. Le nomadisme favorise des expositions « sur mesure » en fonction des différents endroits choisis – des galeries partenaires ou d’autres lieux parfois insolites – éveillant ainsi la curiosité des visiteurs. L’édition de livres – alliant aux œuvres poésie ou récits – prolonge le plaisir et favorise la diffusion des talents. Les escapades artistiques – en partenariat avec associations, musées ou artistes – contribuent au plaisir de nouvelles découvertes. En l’absence d’un lieu fixe, L’œil de la femme à barbe est devenu un label, et c’est le Guide des galeries du magazine Artension qui l’a dit en 2020

@crédit photo Anna Marchlewska

Depuis sa naissance publique en mai 2014, L’œil de la femme à barbe  a réalisé 65 événements, dont 23 expositions, 7 escapades, 3 salons du livres, 17 parte- nariats divers et 14 sorties de livres, avec près de 60 artistes différents ! 

A défaut d’avoir «pignon sur rue», L’œil de la femme à barbe a «pignon sur le net» avec son site https://loeildelafemmeabarbe.fr/editions

Alors en attendant les nouveaux événements de la rentrée, quoi de mieux que de lézarder en compagnie de quelques beaux livres d’art ?

Les quatorze ouvrages édités depuis 4 ans vous feront voyager avec les gravures, dessins et céramiques de Sophie Sainrapt, les photographies de Thérèse Gutmann, les peintures d’Isa Sator, les sculptures textiles de Rebecca Campeau, les textes et photos de Laurence Dugas-Fermon, les peintures et gravures d’Hashpa, les assemblages insolites de Marie Delarue ou fabuleux d’Eva Chettle, les pierres peintes de Raâk, le journal en images de Guillaine Querrien, les collages et cartes peintes de Claire Zuber… 

https://loeildelafemmeabarbe.fr