Depuis le 11 février, Pascal Oyougou, l’un des hommes  forts de l’opposition gabonaise, est libre. Il aura passé quatre ans en détention préventive à la prison centrale de Libreville pour avoir été parmi les hommes de tête d’une marche ayant suivi un meeting du challenger d’Ali Bongo à la présidentielle de 2016.

Le 12 septembre 2017, Pascal Oyougou alors Secrétaire général adjoint du Rassemblement Héritage et Modernité (RHM) avait été placé en détention préventive à «Sans familles». Il a été accusé de «complot contre l’autorité de l’Etat, instigation aux actes ou manœuvres de nature à provoquer des troubles contre l’autorité de l’Etat et attroupement non-armé sur la voie publique ayant troublé la tranquillité publique».

L’opposant Jean Ping avait refusé de déférer à la convocation l’invitant à se présenter au cabinet du juge d’instruction le mercredi 17 janvier 2018 comme témoins pour Pascal Oyougou

Sahara Cohen