Marine_opt

 

En 1995 à Toulon, la ville de Farid Boudjellal, le candidat FN Jean-Marie Le Chevallier avait remporté les municipales à la faveur d’une triangulaire:  « Il a été élu dans un contexte de ras-le-bol. C’étaient des années de sinistrôse. » se souvient-il « Il y avait eu un taux d’abstention très important. J’avais pas mal de potes qui n’avaient pas voté. »

Dans la BD, François Durpaire s’est amusé à imaginer la formation d’un gouvernement FN avec des transfuges de la droite dure, comme Gérard Longuet, Thierry Mariani et Nadine Morano: « Nadine Morano a montré patte blanche. »  estime Farid Boudjellal. « Par ses propos elle a peut-être même choqué des gens du FN! »

Déclin de l’anti-racisme ?

Citoyen engagé, auteur de séries sur l’immigration comme Mémé d’Arménie, Ramadan ou Petit polio, Farid Boudjellal a participé à la Marche de l’égalité. En 1984 ce mouvement anti-raciste a suscité pas mal d’espoirs: « J’ai fait beaucoup de choses: l’affiche de  Convergence en 1984 (1), du film « Le gône du chaâba en 1986. En 1989 j’ai fait l’affiche de campagne de l’association « France Plus » pour amener les jeunes issus de l’immigration à voter (2).»

Une époque qui paraît bien loin à l’aune de 2015: « Il y a heureusement des gens pour qui le racisme reste un sac de merde! Mais globalement la perception a changé. Marine Le Pen et Marion Maréchal Le Pen ont été extrêmement violentes vis à vis des musulmans. Ce qui ne les a pas empêchées d’atteindre un score assez effrayant.» déplore Farid Boudjellal. «On est dans un climat d’Islamophobie. On tape sur les musulmans. On généralise. Il suffit qu’un musulman lâche un pet pour que toute la communauté soit sanctionnée. C’est une société qui communautarise. »

Pour la suite, la BD de François Durpaire et Farid Boudjellal n’a pas fini d’être confrontée à la réalité: « On fait pas mal de dédicaces en province, notamment à Strasbourg. Là où Florian Philippot a fait un gros score. Ça permet de prendre la température! »

Extraits de «La Présidente» ;